dimanche 3 mars 2024

Mayotte : Dérives à gauche. Un article de notre hebdomadaire Lutte ouvrière

Dérives à gauche

28 Février 2024

Depuis l’installation des barrages, quand les représentants de la gauche ou des syndicats de Mayotte s’expriment, ils reprennent le discours des Forces vives, contre l’insécurité mais aussi contre les étrangers comoriens ou africains.

Interviewée sur Mayotte 1ère, Yasmina Aouny, ancienne candidate LFI, a utilisé trois fois le mot « terroristes » pour désigner les gangs de délinquants qui rançonnent la population, avant de dénoncer l’occupation du stade de Cavani par des réfugiés africains. Dans une interview à L’Humanité, Haoussi Boinahedja, secrétaire général de la CGT Mayotte, a dénoncé « une immigration d’appropriation, car l’État comorien revendique notre territoire ».

Bien sûr, la situation d’insécurité et de violence subie par la population mahoraise, à commencer par les classes populaires, est bien réelle et ne cesse de s’aggraver. La pauvreté qui touche 75 % de la population, le chômage massif et la présence de quelques dizaines de milliers d’enfants et de jeunes Comoriens livrés à eux-mêmes, parce que leurs parents ont été expulsés, alimentent les gangs, les vols et les agressions, y compris contre des écoles.

Cette situation insupportable est d’abord la responsabilité de l’État français, qui maintient Mayotte dans un état de sous-développement. Le secrétaire de la CGT le dit lui-même clairement : « Le smic mahorais est inférieur de 25 % par rapport au smic national ; le montant moyen de la retraite s’élève à 278 euros ; celui du RSA reste inférieur de moitié au RSA national. » C’est aussi l’État français qui bloque à Mayotte des dizaines de milliers de migrants ayant obtenu un titre de séjour « territorialisé », c’est-à-dire leur interdisant de partir à La Réunion ou en métropole. Ce titre doit être renouvelé chaque année contre un timbre fiscal qui coûte 300 euros, une somme importante à Mayotte.

Les habitants de Mayotte, transformé en département français en 2011 sans en avoir la totalité des droits et surtout sans moyens, ont donc bien raison de se sentir méprisés par l’État. La représentante LFI ou le secrétaire de la CGT dénoncent à juste titre cette situation. Mais quand ils reprennent à leur compte les propos xénophobes de l’extrême droite et la propagande anti-Comores des notables mahorais qui ont lié leur sort à la bourgeoisie française, ils sèment un poison mortel parmi les classes pauvres. Ils apportent la caution de leurs organisations, supposées progressistes, à une campagne xénophobe.

L’État français a manœu­vré il y a quarante ans pour séparer Mayotte du reste de l’archipel des Comores, introduisant une frontière au sein du même peuple. Il porte une grande responsabilité dans les guerres en Afrique qui poussent des femmes et des hommes à chercher un exil à Mayotte ou ailleurs. Ces migrants ne sont en rien responsables du chaos. En faire des boucs émissaires n’améliorera pas le sort des travailleurs mahorais.

Un militant qui ne garde pas cette boussole de classe ne peut défendre les intérêts des travailleurs. Les travailleurs et les pauvres de Mayotte ont tout à perdre s’ils s’alignent derrière des Forces vives dominées par les notables et gangrenées par l’extrême droite.

                                               Xavier LACHAU (Lutte ouvrière n°2900)

 

Les prochaines permanences prévues à Argenteuil :

-Aujourd’hui dimanche 3 mars, de 10 h15 à 10 h.55 devant l’Intermarché du Centre ;

-et de 11 h. à midi marché Héloïse ;

-Lundi 4 mars : de 18 à 19 heures, centre cl des Raguenets à Saint-Gratien ;

-Mercredi 6 mars : de 11 h.30 à midi, marché des Champioux.

 

 

Toutes les semaines, l’hebdomadaire Lutte ouvrière est aussi en vente à la librairie Le Presse-papier et au Tabac-Presse du mail de la Terrasse du quartier du Val-Nord que nous remercions.

 

 

Réservez votre billet d’entrée pour notre banquet local qui aura lieu en journée le dimanche 24 mars prochain. Le prix du repas : 17 euros pour les adultes, 8 pour les enfants jusqu’à 14 ans.

 

 

Européennes, agriculteurs : interview de Nathalie Arthaud à France 3 Aquitaine avant-hier-3 mn 50-

Richesse : 10 % les plus riches vivant en France possèdent 54 % du patrimoine total

Ceux qui possèdent et ceux qui bossent

 

 

D'après la Banque de France, les 10 % les plus riches vivant en France possèdent 54 % du patrimoine total (patrimoine professionnel, immobilier, produits financiers...). Et le reste de la population, en particulier les dizaines de millions de travailleurs qui font fonctionner la société et qui créent toutes les richesses, n'ont eux, que leurs bras et leurs cerveaux pour vivre.

         Une société basée sur de telles inégalités n'a pas d'avenir.