jeudi 29 novembre 2018

Carburant + stationnement = pouvoir d’achat grevé pour aller travailler


Ni sourire, ni pleurer, se révolter



Selon l’hebdomadaire La Gazette du Val d’Oise, « la semaine dernière, une mère de famille qui travaille en tant qu’auxiliaire de vie scolaire (AVS) à l’école du Parc-aux-Charrettes (de Pontoise) a apposé un mot plutôt original sur son tableau de bord « Ma paye étant peu élevée, je n’ai pas les moyens de dépenser 6 € par jour pour le parking. Soyez gentils de ne pas me mettre de PV », a-t-elle inscrit.
La Gazette ajoute : « Domiciliée dans une commune peu desservie par les transports en commun et seule en charge de ses enfants scolarisés, la jeune femme bénéficie du soutien inconditionnel de ses collègues Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), qui dénoncent les conditions de travail des auxiliaires de vie « une profession extrêmement difficile, mais très mal rémunérée ».
Il est effectivement fort de café que de très nombreux travailleurs dépensent une partie non négligeable d’un salaire déjà bien faible pour se rendre au travail et stationner au plus près de leur lieu de travail.
Le cas de cette travailleuse AVS pourrait être multiplié par des dizaines de milliers d’autres. Non seulement à Pontoise, mais dans toutes les villes qui, comme à Argenteuil, ont étendu les zones de stationnement payant, faisant peser des désagréments supplémentaires et des surcoûts aux travailleurs.
 Nous espérons effectivement que la conscience des agents du stationnement qui sont aussi des travailleurs sous-payés aura répondu au cri de détresse de cette femme.

0 commentaires:

Publier un commentaire