mardi 26 novembre 2013

Indemnités des élus : quand derrière la « sagesse » et le « calme » auto proclamées, pointe l’irrésistible démagogie

Selon l’interview de G Mothron dans le Parisien-95 de ce jour, en cas de victoire aux prochaines élections municipales, sa majorité « diminuera les indemnités des élus », titre de l’article en question.
      Sur le sujet, d’abord, un point de vue de militant communiste : que ces indemnités permettent de rembourser un certain nombre de frais afférents à la tâche particulière de conseiller municipal, soit. Qu’elles permettent également aux élus qui ont abandonné leur travail pour se consacrer totalement à cette tâche de remplacer leur salaire, il n’y a pas de problème. Pour les communistes, ces indemnités ne devraient, seulement, pas dépasser le salaire d’un ouvrier qualifié. Pour ce qui a été des élus Lutte Ouvrière, ils ont intégralement reversé le montant de leurs indemnités à leur parti, comme il était de tradition dans le mouvement communiste. Quand aux frais éventuels, je n’en ai jamais réclamé, pour ma part, le remboursement.

     Mais on est là sur le sujet aux antipodes des déclarations du candidat Mothron. Si notre mémoire est bonne, l’a-t-on entendu sur le sujet quand il décidait comme maire de ces indemnités ? Et comme député, que pensait-il de la question, en particulier lorsque les indemnités parlementaires dont il bénéficiait ont fait un bond notable à l’époque de son ami Sarkozy ? DM

0 commentaires:

Publier un commentaire