vendredi 27 septembre 2013

Hollande à Florange : un communiqué de Nathalie Arthaud

Hollande à Florange

De toutes ses promesses, la seule que Hollande tient vis-à-vis de Florange, c’est de revenir. La belle affaire ! Qu’est-ce que cela peut faire aux jeunes de la région qui ne trouvent pas de travail ? Qu’est-ce que cela peut faire pour les commerçants qui voient la région s’appauvrir en perdant encore des emplois ? Qu’est-ce que cela peut faire aux ouvriers de Florange des hauts-fourneaux, de revoir la tête de Hollande ?
     Entre Sarkozy et Hollande, il y a eu un changement de style, mais le cynisme vis-à-vis des travailleurs est le même.
Comme Gandrange, Florange restera le symbole d’une politique servile, dévouée au grand patronat. Florange a fait, une fois de plus, la démonstration que le personnel politique n’est payé que pour obéir aux capitalistes. En dépit de ses promesses, Hollande a montré qu’il était incapable de s’opposer aux décisions d’un patron comme Mittal. Il a capitulé lâchement parce qu’il refuse d’imposer quoi que soit à la bourgeoisie. Et il n’y a pas que Mittal, il y a aussi Peugeot, Renault…
    Hollande n’a rien pu, n’a rien voulu faire pour sauver les emplois à Florange. Il en est de même à l’échelle de toute l’économie, le gouvernement n’a aucune prise, est incapable de peser car il est à genoux face aux capitalistes. Ce sont eux qui décident, et ils ont tous les droits !
     Les travailleurs de Florange n’ont rien à espérer d’une telle visite. Ils ne peuvent faire confiance ni au patronat ni aux gouvernements serviles face aux plus riches. Si les travailleurs veulent changer la situation, ils ne peuvent compter que sur leur révolte.

Nathalie Arthaud


HIER A FLORANGE...
                                                              
EN 2012 :  MEME COSTUME, MAIS AUTRE TEMPS, CELUI DES PROMESSES...




0 commentaires:

Publier un commentaire