mardi 28 juillet 2020

« Séparatisme » : une loi pour diviser. Un article de notre hebdomadaire


« Séparatisme » : une loi pour diviser 

Poursuivant sa drague de l’électorat réactionnaire et reprenant les obsessions de Macron et de l’ex-ministre de l’Intérieur Castaner, Castex a, lors de son long discours de politique générale du 15 juillet, évoqué la mise en place d’une loi contre le « séparatisme ». Ce mot, cher à un Zemmour, vise les musulmans encore plus clairement que celui de communautarisme.
Cette loi, si elle est adoptée, devrait renforcer une circulaire déjà adressée aux préfets en novembre 2019, qui avait officialisé le déploiement sur tout le territoire de cellules de surveillance administrative et policière. Il s’agissait de repérer les « signaux même faibles de repli communautaire ». Tous les services publics et les milieux associatifs devaient être enrôlés dans cette croisade au nom de la laïcité et de l’ordre républicain, avec en première ligne l’Éducation nationale. Cette circulaire encourage la délation publique, expliquant même, notamment aux enseignants, comment repérer et signaler des signes de radicalisation islamiste.
Le 14 juillet, Macron avait stigmatisé les marches pour Adama, contre le racisme et les violences policières, disant y voir une volonté de « séparatisme et d’antiracisme dévoyé ». En clair, cette jeunesse et ces manifestants pourraient être eux aussi dans le viseur de la loi.
Castex et Macron n’utilisent pas le terme de séparatisme à l’encontre des ghettos de riches, comme la villa Montmorency à Paris. Et quand ils se drapent du mot de laïcité, ce n’est bien sûr pas pour dénoncer les processions de la Vierge qui ont lieu sur la voie publique, ni pour exiger que les 8 000 écoles catholiques, intégristes ou pas, soient placées sous surveillance. Non, ceux qu’ils visent, ce sont exclusivement les musulmans, les milieux d’origine immigrée et les pauvres.
En fait, toute cette campagne raciste vise deux choses. D’abord, dans la perspective des présidentielles, faire à nouveau des œillades à l’électorat xénophobe, sinon raciste, qui est celui du RN de Le Pen, mais aussi d’une grande partie de la droite, de Dupont-Aignan, de Villiers, Wauquiez, Retailleau et bien d’autres. Et, plus largement, il s’agit là d’essayer, comme toujours, de distiller le poison de la xénophobie parmi les travailleurs. Cela en cherchant à diviser leurs rangs selon l’origine, la langue, la religion, la couleur de peau, alors même que, plus que jamais, ils ont besoin de se rassembler contre leurs véritables ennemis communs : les capitalistes et les gouvernants à leur service.

                                      Christian CHAVAUX (Lutte ouvrière n°2712)

0 commentaires:

Publier un commentaire