mercredi 1 juillet 2020

Argenteuil – avenir incertain, un projet « Cap Héloïse » à abandonner d’urgence


Des édiles confrontés à une situation aggravée

Quelle soit la couleur de l’édile, les maires vont être confrontés dans les mois qui viennent à des problèmes supplémentaires liés à la crise et difficiles à régler. Argenteuil, ville populaire s’il en est, est directement concernée. Montée de la pauvreté, du chômage, des jeunes en particulier, d’un côté, et des recettes que l’on imagine en régression de l'autre. Bref, une équation impossible.
         C’est sur le métier que l’on connaît le forgeron.
         Mais on connaît déjà le forgeron !
 
 

Un projet « Cap Héloïse » à abandonner d’urgence

Il a peu été question du projet « Cap Héloïse » durant la campagne des élections municipales. Les listes des deux principaux challengers ont compris qu’il ne fallait pas trop la ramener sur le sujet, l’un ayant pris l’initiative du projet, le second sachant que ce dernier qu'il a poursuivi n’était guère populaire.
         Que va-t-il se passer maintenant ?
         D’abord il n’est pas dit que le promoteur ait totalement envie de le poursuivre dans la situation actuelle. Et puis, Georges Mothron n’a justement pas gagné les élections sur son projet. Il l’a emporté face à la mobilisation de ses électeurs très hostiles au retour éventuel de Philippe Doucet. Comme nous l’avons déjà dit, ces électeurs, même s’ils l’ont emporté, sont minoritaires.
         Lors des activités de signature de la pétition s’opposant à la démolition de la salle Jean Vilar, nous avons mesuré une opposition très ferme et majoritaire à celle-ci.
         Il reste donc aux militants du Comité Jean Vilar à s’adresser encore et toujours plus à la population d’Argenteuil qui est très loin d’être au courant des enjeux de cette affaire. 8000 signature en 2017 ! 8000 supplémentaires dans les mois qui viennent ? DM

0 commentaires:

Publier un commentaire