dimanche 31 mars 2019

Argenteuil, projet Lidl sur la butte d’Orgemont


Opacité, secret et fait accompli




A l’angle de la rue du Clos des Moines et de l’avenue de Stalingrad, une friche existe depuis des lustres à la place d’une usine de traitement du gypse. Elle fait tâche en bordure du parc de la butte d’Orgemont, lequel résulte du comblement des anciennes carrières, et qui est aujourd’hui partiellement aménagé.
         Ce terrain appartient à un propriétaire privé. Il y est question depuis de nombreuses années d’y installer une activité commerciale. Cela se concrétiserait aujourd’hui par la vente du terrain à Lidl qui y installerait une de ses enseignes. Le permis de construire aurait déjà été délivré.
         Des habitants se sont exprimés contre cette perspective et une pétition circule en ce sens.
         Il est vrai que le bon sens serait d’intégrer cette parcelle dans ce futur parc bientôt totalement aménagé de la butte.
         Il est vrai qu’il y a déjà en face le supermarché « Grand frais » mais dont les prix élevés rejettent une partie des habitants du quartier et au-delà, qui ne verraient pas d’un mauvais œil l’installation d’un Lidl.
         Mais il est vrai qu’il en existe déjà un, mais à un kilomètre, après la cité Joliot-Curie, sur la commune d’Épinay-sur-Seine. Mais quelles sont les manœuvres du groupe Lidl ? Quelle localisation veut-il privilégier ? Mystère et boule de gomme.
         Et quelles conséquences sur l’Intermarché du petit centre commercial de cette cité Joliot-Curie, centre laissé à l’abandon ?
         Si le projet aboutissait, il nécessiterait des aménagements routiers, à un endroit où la circulation est largement perturbée par la sortie de l’A15, celle de Grand frais et par la station-service. Par qui seront-ils payés ? La commune ? Le conseil départemental ? C’est-à-dire par nos impôts.
         Bref, si l’affaire n’est pas simple, elle pose surtout de nombreuses interrogations sans réponse, et plus fondamentalement, la question du contrôle de la population sur les affaires de la société.
         Du jour au lendemain, les habitants sont mis au pied du mur. Ils n’ont été ni informés ni consultés au préalable sur des décisions qui ont été prises dans leur dos.
         Sur un problème particulier, cela résume le fonctionnement de toute la société et ce qu’il faudrait changer. C’est vrai pour le fonctionnement de la vie politique et pour celui des entreprises. En l’occurrence, les projets de Lidl devraient être mis sur la place publique. Il faut donc lutter pour imposer la levée du secret qui règne dans les tractations entre les édiles et les promoteurs et investisseurs. Cela concerne les habitants, les employés municipaux, les travailleurs des entreprises concernées.
         En amont, maîtres de l’ensemble des donnés, toutes les personnes concernées pourraient alors décider démocratiquement de ce qu’il convient de faire, ou pas.

0 commentaires:

Publier un commentaire