samedi 24 février 2018

SNCF, ordonnances et rodomontades de Macron


Opposons notre force collective



Menace de recourir aux ordonnances à la SNCF, réforme accélérée de la formation professionnelle, de la retraite, de l'assurance chômage : le gouvernement cherche à montrer ses muscles. En répétant qu'il ne reculera pas, comme Juppé en 1995, Macron veut montrer qu'il est un bon serviteur du patronat. Mais il craint quand même les réactions des travailleurs.
Dans la foulée de la loi El Khomri, il a réussi à démolir le code du travail mais ce n'est pas pour autant qu'il réussira cette fois-ci encore. Le rapport Spinetta est largement discuté par les cheminots qui préparent activement la grève du 22 mars. Tous les travailleurs, du public comme du privé, sont concernés par ces attaques. C'est tous ensemble qu'il faut préparer et organiser la riposte en mettant en oeuvre les forces collectives du monde du travail 




Pour la défense des services publics utiles à la population, préparons-nous à être massivement dans la rue le 22 mars !


Municipalité d’Argenteuil et MJC, ou : « lorsque j’entends le mot culture, je divise par deux la subvention »


La laisser mourir à petit feu

La municipalité vient de réduire une nouvelle fois la subvention allouée à la Maison des Jeunes et de la Culture d’Argenteuil. Elle l’a purement et simplement divisée par deux. Une décision qui est la dernière en date des mesures prises par elle à son encontre. Après l’avoir amputée d’une part importante de ses locaux, elle ne cesse de diminuer la subvention municipale, au point que la MJC a été contrainte de vendre le chalet qu’elle possédait dans le centre de Chamonix et qui permettait, en particulier, à de jeunes Argenteuillais de bénéficier de séjours de ski à prix abordables.
         Tout cela est inadmissible et vise une association qui continue, malgré les difficultés, à offrir des activités proposées par aucune autre association locale, et qui persévère, contre vent et marée, à être une école d’apprentissage de la vie et de l’action collectives.
         Cela juge les discours, de la municipalité lorsqu’elle évoque cette culture et la vie associative. Cela dit, on peut s’étonner qu’il ne se soit non plus trouvé personne parmi les 55 conseillers municipaux pour dénoncer ce mauvais coup, parmi la majorité municipale comme parmi son opposition. Cette subvention était certes votée au sein d’un ensemble, mais des gens tant soit peu intéressés par la MJC avaient tous les éléments pour constater le mauvais coup prévu, et pour le dénoncer.

Ce fut notre chalet de la MJC d'Argenteuil à 300 mètres du centre de Chamonix

Finances publiques – Val-d’Oise : des relocalisations qui ne passent pas du tout


Finances publiques – Val-d’Oise : la direction n’en a pas fini avec le mécontentement

Jeudi 15 février, environ 80 employés des Finances publiques, venant de plusieurs sites du Val-d’Oise, se sont rassemblés devant la préfecture de Cergy pendant leur pause de midi. La direction départementale a provoqué leur mécontentement en annonçant, il y a trois mois, de nouvelles relocalisations de services entre Garges-lès-Gonesse, Saint-Leu-la-Forêt, Ermont et Cergy.
À l’horizon de septembre 2018, ces projets de la direction mettent les agents devant le choix de suivre leur service transféré ou de rester sur leur site mais en changeant d’activité, ce qui est loin d’être simple.
En décembre dernier, une première action avait été suivie par une cinquantaine d’employés, qui avaient envahi la salle du comité technique local. La direction avait alors dû s’expliquer devant eux, mais n’avait convaincu personne. En janvier, une centaine d’agents lui avaient adressé une motion dans laquelle ils posaient des questions pratiques, sans obtenir de réponses satisfaisantes.
Lors du rassemblement du 15 février, de nouveaux employés, que l’on n’avait pas encore vus dans les actions, ont répondu à l’appel. Les participants ont la certitude qu’aucun service n’est à l’abri des restructurations, comme dans tous les secteurs où l’État et le patronat ont décidé de réduire les moyens. Ils se sont donc donné rendez-vous le jeudi 8 mars pour discuter de la suite. La direction aurait bien voulu éteindre la contestation ; manifestement, elle n’a pas réussi son coup.

                                                        Correspondant LO

Photo Le Parisien-95/A.B.

États-Unis : contre les armes


La jeunesse se mobilise



Après la fusillade dans une école de Parkland en Floride (USA) qui a fait 17 morts, des jeunes, souvent mineurs, se mobilisent dans plusieurs États contre la législation permettant la vente libre et le port d'armes. Plutôt que d'en rester aux traditionnels autels et bougies, ils interpellent les responsables politiques, comme Trump, qui soutiennent les marchands d'armes. Ils préparent une manifestation à Washington le 24 mars.
Et si ce n'était qu'un début ?

Syrie : la population victime d’Assad et des puissances impérialistes


Fausse indignation et vraie complicité



Les habitants de la Ghouta, région située à l'est de la capitale syrienne, subissent des bombardements répétés qui ont fait des centaines de morts. Cette région aux mains des opposants au régime syrien, est assiégée depuis des mois par l'armée d'El Assad soutenue par l'aviation russe.
Ces bombardements suscitent maintenant un concert d'indignation parmi les dirigeants occidentaux, comme le ministre français Le Drian, qui parle de « cataclysme humanitaire ». Quelle hypocrisie ! Après avoir lâché Assad, les États-Unis et les puissances européennes ont laissé la Russie et l'Iran le remettre en selle sous prétexte de combattre Daesh.
Dans la Ghouta ou ailleurs, la population est victime du dictateur Assad mais aussi des puissances impérialistes qui depuis sept ans intriguent et retournent leur veste pour garder le contrôle des richesses de la région.