jeudi 30 juillet 2020

Explosion du chômage : la guerre du capital contre le travail. Un article de notre hebdomadaire


Explosion du chômage : la guerre du capital contre le travail

29 Juillet 2020

Les chiffres de Pôle emploi confirment la gravité de la guerre que le patronat impose au monde du travail. Au deuxième trimestre 2020, le nombre de chômeurs a bondi de 815 000, soit 25 %, une hausse jamais connue depuis des décennies.
 


Le nombre de chômeurs de catégorie A en métropole, qui n’ont exercé aucune activité dans le mois, concentre la hausse et atteint le triste record de 4,2 millions de chômeurs. En fait des centaines de milliers de travailleurs précaires, intérimaires, CDD, qui alternaient périodes de chômage et d’activité se retrouvent aujourd’hui privés de tout emploi. Ils s’ajoutent à ceux qui perdent un emploi qu’ils espéraient stable. Il est impossible de faire la liste des plans de licenciements, mensongèrement nommés plans de sauvegarde de l’emploi (PSE). Rien qu’en une semaine, le ministère du Travail a recensé 32 nouveaux plans de licenciements concernant la suppression de 43 300 emplois. Et combien de licenciements sont invisibles, car ne concernant que quelques salariés d’une entreprise, ou bien d’entreprises de moins de 50 salariés, qui ne font l’objet d’aucun plan ?
Enfin, l’augmentation du chômage concerne les jeunes arrivant sur ce que les économistes baptisent « le marché du travail », forts de leur formation, de leurs études, mais qui ne trouvent aucun emploi, aucun acheteur de leur force de travail, aucun secteur où mettre en œuvre leurs compétences.
Un système qui laisse ainsi en friche et jette au rebut les femmes et les hommes qui en sont les forces productives alors que les besoins sont immenses, que ce soit dans la santé, l’éducation, la construction et la rénovation de logements, d’infrastructures de transport, est un système en faillite.
Dans bon nombre de cas, les licenciements ou le refus d’embauche sont le fait de groupes richissimes, comme Sanofi ou Renault. Dans d’autres cas, il peut s’agir de sous-traitants ou bien encore de petits patrons réellement pris à la gorge par les groupes industriels et financiers. Mais quels que soient les laissés pour compte de la concurrence entre possesseurs de capitaux, ce sont toujours les travailleurs qui payent les pots cassés, eux qui n’ont que leur emploi pour gagner leur vie.
Seul le travail humain crée de la richesse. Priver d’emploi un individu, c’est non seulement un gâchis pour lui-même mais pour la société privée de son apport. Face à la folie destructrice du capitalisme, les travailleurs doivent imposer que tout individu en âge de travailler dispose d’un emploi et d’un salaire digne.
Il s’agit donc de recenser d’une part tous les bras et cerveaux disponibles et tous les besoins productifs de l’autre et de répartir le travail entre tous, sans aucune perte de salaire. Le temps de travail hebdomadaire ainsi calculé pourra diminuer au fur et à mesure des gains de productivité.
Le monde capitaliste marche sur la tête. Il faut mettre l’économie sur ses pieds : produire tous ensemble pour la satisfaction des besoins de tous et non pour les profits d’une minorité de parasites.
                                                Christian BERNAC (Lutte ouvrière n°2713)

0 commentaires:

Publier un commentaire