vendredi 19 juin 2020

Quartiers populaires, monde du travail, lutter contre tout ce qui le divise


Affrontements de Dijon : ne pas se laisser aveugler par la fumée



Ce qui est grave dans les affrontements survenus dans le quartier des Grésilles à Dijon, ce n'est pas le prétendu "affaiblissement de l'État républicain" dénoncé par les politiciens de droite ou d'extrême droite. Ce qui est grave, c'est qu'ils concernent un quartier populaire et qu'ils opposent les habitants sur des bases communautaires. S'il est bien difficile de démêler l'origine des violences, l'appauvrissement d'un quartier comme celui-ci et le poids grandissant du chômage, contribuent au développement des trafics et des bandes rivales comme celles qui se sont affrontées.
         Le Pen et les autres utilisent et encouragent les divisions entre pauvres pour gagner des voix lors des futures élections. Ils n'ont que faire de la vie des habitants des quartiers. Ils n'ont évidemment aucune solution à proposer sinon de faire monter la tension.
         La fumée qui se dégage autour des événements de Dijon est très toxique pour les travailleurs et pour les familles populaires auxquels ses divisions communautaristes n'offrent aucune perspective. Le seul avenir qui ouvre de l'espoir est que les exploités s'organisent tous ensemble pour combattre le système qui fabrique la misère.

0 commentaires:

Publier un commentaire