mardi 2 juin 2020

Amazonie : des arbres en moins, des profits en plus


Quand le virus du capitalisme attaque le poumon vert

Zone de déforestation en Amazonie

Au Brésil, dans un entretien avec le président Bolsonaro, le ministre de l’Environnement a déclaré en substance que la focalisation de la presse sur le coronavirus était l’occasion de rendre encore moins contraignantes les mesures de protection de la forêt amazonienne.
         Les grandes entreprises du secteur minier et de l’agro-business n’avaient de toute façon pas attendu les propos du ministre pour aggraver la déforestation de l’Amazonie. Elle aurait déjà fait un bond de 64 % par rapport à 2019, avec 1 200 kilomètres carrés dévastés depuis janvier 2020.
         Couvert par Bolsonaro, le grand patronat sait qu’il a carte blanche pour saccager la nature, quelles que puissent être les conséquences pour les habitants du Brésil et pour toute l’humanité. Cette irresponsabilité est celle de tout un système, à abattre et à déraciner, au Brésil comme dans tous les pays.

0 commentaires:

Publier un commentaire