jeudi 25 juin 2020

Aéroports de Paris : suppressions d’emplois aujourd’hui pour privatiser demain


Offrir un ADP tout clinquant et encore davantage profitable



La privatisation d'ADP (Aéroports de Paris) avait été adoptée par l'Assemblée en 2019 dans la loi PACTE. La ministre des Transports et de la transition écologique, interrogée sur la question, a affirmé que cette privatisation n'était pas d'actualité...
         Cela ne signifie pas que le gouvernement ait changé de religion en la matière ni veuille se mettre en travers des appétits de Vinci Airports, un des leaders mondiaux du secteur. C'est affaire de circonstance : la gestion d'aéroport semble plus incertaine dans la tourmente actuelle liée à la crise sanitaire, à la baisse du trafic aérien et à l'hécatombe prévisible parmi les compagnies du secteur.
         Romanet, le PDG d'ADP nommé à ce poste par le gouvernement il y a un an pour conduire la privatisation, déplore aujourd'hui la perte de la moitié de son chiffre d'affaires et vient d'annoncer des réductions d'effectifs.
         En attendant que les capitalistes décident de faire main basse sur l'affaire quand elle sera redevenue lucrative, l'État se charge de faire payer la note aux travailleurs, en se réservant la possibilité de trancher dans les effectifs

0 commentaires:

Publier un commentaire