samedi 30 mai 2020

Fête de Lutte ouvrière, petite histoire personnelle (1)


De la première rencontre à 19 ans…

Mériel 1974, discussion en sous-bois

Lorsque vous avez 19 ans, que vous sortez de « Mai », et que l’on annonce que les communistes révolutionnaires du groupe trotskyste qui a vos préférences prépare une « fête », vous restez quelque peu dubitatif. Et vous voilà tout de même à aller à Presles passer une journée à « monter des stands », dans ce grand champ prêté comme on le dit par un anar. C’était en 1971….
         Je ne me souviens guère de cette première fête, davantage de la seconde et dernière en ce lieu, durant laquelle je suis bien plus impliqué. Je suis aux « merguez » et durant trois jours, j’en préparerai des milliers et des milliers dans… deux poêles : l’une pour la pré-cuisson et la seconde pour la finition. J’en serai marqué à vie, sans être pour autant dégoûté de ce plat dont je n’avais jusqu’alors pas l’habitude.
         Nous attendions quelques milliers de participants. Il y en eut près de trois fois plus. Cette année-là pas question de rentrer sur Paris, je dors dans… un fossé… rêvant sans doute à mes milliers de merguez...
         L’année suivante, c’est l’installation à Mériel, non loin de champignonnières… Il faut tout faire, c’est un espace forestier. Il faut défricher les allées tout en prévoyant de laisser les frondaisons au-dessus des futurs stands. Un super terrain qui monte et qui descend. Souvenez-vous du concert avec John Lee Hooker…
         En 1980, second changement. La construction de la Francilienne nous oblige à opérer un nouveau déplacement, presque comme un retour à la case départ, mais cette fois à l’autre bout de Presles, sur la route de Beaumont-sur-Oise. C’est le parc du château de Bellevue, un ensemble inconstructible qui n’attire personne… sauf des militants d’une organisation ouvrière, à l’image de la société… ces travailleurs sans lesquels cette dernière ne fonctionnerait pas… et capables d'aménager tout ce qui est nécessaire...
(À suivre, deuxième jour, le dimanche)

0 commentaires:

Publier un commentaire