vendredi 31 janvier 2020

Lutte contre la réforme de Macron et des financiers contre la retraite : « Métro, boulot, caveau » y’en a marre !

Mobilisation dans l’Éducation, retraites, E3C, DHG (moyens des établissements des collèges et lycées), cela ne peut plus durer


Assez des attaques multiples ! Un exemple dans la Loire

Education nationale – Montbrison (Loire)

Levée immédiate des poursuites contre les 13 enseignants !



Lundi 21 janvier, pour protester contre la réforme du lycée et l'impréparation totale des nouvelles épreuves du bac – dites "E3C" – des enseignants du lycée Beauregard de Montbrison ont retenu symboliquement, quelques heures, des copies. La proviseure, sous la pression du rectorat, a alors porté plainte contre 13 d'entre eux. Face à cette attaque, plusieurs lycées de la Loire ont organisé des actions – grèves, rassemblements, prises de parole.
Pour faire toujours plus d'économies, le gouvernement a fait passer une réforme qui dégrade les conditions de travail des enseignants et les conditions d'étude des élèves. Le nouveau système va encore renforcer les inégalités sociales dans l’Education, qui étaient déjà bien présentes dans le système précédent. Et lorsque la contestation s'organise, y compris par des actions symboliques, il envoie ses policiers et ses juges.
Les poursuites contre les 13 enseignants de Montbrison doivent être immédiatement arrêtées !

Notre belle banderole d’Argenteuil. De plus en plus pour les enseignants, le même sort que les autres travailleurs : "Métro, boulot, caveau, c'est non"



A Argenteuil comme dans de nombreuses villes, des listes Lutte ouvrière pour faire entendre le camp des travailleurs. Un article de notre hebdomadaire Lutte ouvrière de cette semaine


Des listes Lutte ouvrière pour faire entendre le camp des travailleurs

29 Janvier 2020

Les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars. La plupart des candidats mettent en avant des listes sans étiquette politique déterminée et affirment défendre exclusivement les intérêts particuliers de leur commune.
Cela reflète sans doute la situation des toutes petites municipalités, là où le maire est souvent la personne qui accepte de se dévouer pour la collectivité. Mais c’est un mensonge éhonté dans les villes, où les maires sont des politiciens au service des puissants et de leur propre carrière.
Ils se prétendent apolitiques, le temps de cette élection, pour ne pas payer la facture des partis qui se succèdent au gouvernement. Le PS et LR, qui se sont partagé le pouvoir et la responsabilité des attaques antiouvrières pendant des décennies, sont durablement déconsidérés dans l’électorat populaire. Mais il n’aura pas fallu deux ans à LREM, le parti de Macron, pour l’être à son tour. Les électeurs sont donc conviés à choisir entre les diverses propositions d’aménagement floraux, les formes des lampadaires, la date des feux d’artifice et leur coût, pour ce qui concerne la partie libre du catalogue municipal. La partie obligatoire, commune à tous les politiciens, comporte l’inévitable profession de foi écologique, la promesse sempiternelle d’attirer les investisseurs, l’assurance que la sécurité publique sera défendue et que la propreté règnera dans le moindre recoin.
Au moment où les possédants poursuivent leurs attaques en règle contre les travailleurs, où le monde entier s’enfonce dans la crise, économique, sociale, politique, écologique, alors qu’il apparaît que cette situation est la conséquence de la survie d’un capitalisme à bout de souffle, les travailleurs doivent utiliser politiquement ce scrutin. C’est ce qu’expriment confusément les électeurs qui se préparent, selon les termes des commentateurs, à sanctionner Macron dans ces élections.
Mais sanctionner Macron est bien insuffisant, car il n’est que l’exécutant des volontés des grandes familles capitalistes. C’est l’ensemble de leur système qu’il faut mettre en cause, et c’est du point de vue des travailleurs qu’il faut le faire. C’est pourquoi Lutte ouvrière présentera des listes pour « Faire entendre le camp des travailleurs ». Contre les capitalistes qui étranglent la société pour le profit de quelques-uns, il faut mettre en avant les intérêts collectifs du monde du travail. Contre ceux qui prêchent la résignation, il faut poursuivre ce que les cheminots, les travailleurs de la RATP et tous ceux qui se battent contre la réforme des retraites ont commencé. Contre les tenants de l’ordre social des capitalistes, il faut affirmer que les travailleurs sont capables de le renverser, d’exercer eux-mêmes le pouvoir et de débarrasser le monde de l’exploitation.
Les travailleurs ont mieux à faire que de se prononcer entre les diverses nuances des politiciens qui veulent gérer les affaires des puissants, ou que de se taire en s’abstenant. Ils ont à prendre conscience de leurs intérêts collectifs et de leurs possibilités sociales, ils ont à s’organiser en vue du combat. La présence de listes Lutte ouvrière dans ces élections municipales veut y contribuer.

Paul GALOIS (Lutte ouvrière n°2687)

Argenteuil, mandat 2014-2020. Archives. La situation financière de la commune


Pendant des années, la situation des finances de la Ville d’Argenteuil a été au cœur de l’actualité municipale et a fait l’objet de diatribes et d’échanges peu amènes entre le maire élu en 2014 et son prédécesseur. Rien d’étonnant lorsque l’on connaît les contraintes financières qui pèsent sur les communes, et le manque de transparence qui caractérise jusqu’à nouvel ordre l’action des édiles.

 

Finances de la commune d’Argenteuil : contrôler nous-mêmes les comptes pour ne pas en être demain les victimes

12 mai 2014

Lors du dernier conseil municipal d’Argenteuil, un cabinet de conseil financier spécialisé dans les collectivités territoriales faisait un bilan alarmiste des finances municipales.

         Prochainement, un nouveau directeur général des services doit prendre ses fonctions à la mairie d’Argenteuil. Il arrive de Boulogne- Billancourt. Mais on peut apprendre, qu’auparavant, pendant de longues années, il a été consultant associé à ce même cabinet de conseil.

         Pour le moins, cela donne une impression quelque peu bizarre. Une impression de « juge et partie » en quelque sorte.

         Quand demain, s’appuyant sur l’étude « indépendante » de ce cabinet, il annoncera telle ou telle mesure, quel crédit pourra-t-on donner à ses dires ? Ou, à l’inverse, à l’audit présenté fin avril ?

Argenteuil, Agenda


Le combat pour l’égalité et l’intégrité

Une correspondante nous à faire parvenir l’information suivante sur la réunion organisée au lieu convivial Smile, rue A-G Belin, ce soir à 19 heures.



Et demain

Vive le Livre et les Lecteurs fêtés au Salon du Livre



jeudi 30 janvier 2020

Interview de Nathalie Arthaud à la Manifestation du mercredi 29 janvier à Paris sur BFM

Manifestation du mercredi 29 janvier à Paris. Toujours là !


« …Pour l’honneur des travailleurs, et pour un monde meilleur… »


Certes, nous étions peu nombreux derrière la banderole de l’AG d’Argenteuil-Bezons. Mais la détermination et le dynamisme n’avait pas baissé d’un ton. Nous n’avons pas, avec nos slogans, lésiné de la voix. Lorsque l’on ne baisse pas les bras, le moral est là !
         Et puis, nous n’étions pas les seuls à être venus manifester pour indiquer que le combat pour le retrait de la réforme est toujours bien vivant. Autour de nous, toujours la même colère, toujours le même refus.
         Il y a toujours la flamme aujourd’hui. Et si demain, il y a braise, après-demain, la flamme rejaillira. Merci aux photographes.







Chômage : une baisse cher payée.


Dans tous les cas, il en reste 3,3 millions !



En 2019, il y aurait eu 120 000 chômeurs de moins dans la catégorie A, ceux qui n'ont aucune activité. Il en reste 3,3 millions. Ces « bons » chiffres sont mis en évidence par les communicants du gouvernement.
A ce rythme, il faudrait tout de même 25 ans pour résorber totalement le chômage. Mais surtout, les emplois retrouvés sont moins qualifiés et de toute façon moins payés, principalement dans les services à la personne, le plus souvent en CDD qu'en CDI et pas toujours à temps complet. L'Insee signale que la transformation du Cice en baisse définitive de cotisations patronales aura permis la création de 30 000 emplois en 2019. 40 milliards d'euros du Cice pour 30 000 emplois, cela fait 1,3 millions d'euros par emploi créé... Faites le calcul !
Ceux qui bénéficient de l'opération, ce sont bien les gros employeurs... Si on ose les appeler comme ça !

Paris, migrants : expulsions à tour de bras !


Honte au gouvernement, honte à ce type d’édiles !

Nos frères de classe !

Mardi 28 janvier un campement de sans-abris à Paris a été détruit par la police dans la nuit. C'est la 60ème opération de ce genre en cinq ans dans la capitale ! Si l'opération est hypocritement dénommée « mise-à-l'abri », il s'agit en fait pour les pouvoirs publics de disperser et d'éloigner de Paris les réfugiés.
Les élections approchant, la maire de Paris affirme assumer cette opération en précisant qu'elle vise à assurer la tranquillité des riverains. La préfecture, de son côté, tient à faire une démonstration de fermeté en appliquant des lois toujours plus restrictives à l'accueil des réfugiés.
Afghans, Soudanais, Erythréens, Syriens, ont fui la misère et les persécutions. Mais tout ce que les autorités trouvent à faire est de les harceler !
Indigne !

Argenteuil, mandat municipal 2014-2020. Archives. l'affaire des "rythmes scolaires"


La réforme dite des « rythmes scolaires » initiée par le gouvernement après 2012 a eu le résultat contraire à celui escompté. Loin d’améliorer la vie de l’enfant-élève, elle a mis en place une gigantesque « usine à gaz » qui a perturbé le fonctionnement des communes, et avant tout la vie des parents. Et cela, finalement pour rien.


Complètement raté !

"Rythmes scolaires" : le feuilleton continue

Le 7 mai 2014 

Vous avez dit, l’enfant au centre des préoccupations ?

Le maire d’Argenteuil a confirmé qu’il n’appliquerait pas la réforme des « rythmes scolaires » à la rentrée prochaine et que les élèves continueront à aller à l’école quatre jours par semaine : six heures de classe et deux heures d’« aide ».
         C’est sa façon de sortir d’un bien mauvais pas, même si on attend la suite et la réaction de l’Education nationale.
         Quant à l’intérêt des enfants et des familles, il est bien loin. Et il faut tout de même se souvenir que, loin de cet intérêt des enfants, c’est pour faire un geste en faveur de l’électorat de son camp que l’UMP Darcos avait supprimé l’école le samedi matin qui avait pourtant bien son utilité comme moment d’apaisement et de contact privilégié avec les parents. Cette mesure avait engagé une désorganisation de l’école primaire.
A l’époque, Darcos était soutenu par un certain… G. Mothron, alors député de son état. 


Rythmes scolaires : l'aide aux communes prolongée d'un an... Et après ?


Le tout nouveau ministre de l’Éducation nationale, Benoît Hamon, a annoncé que le fonds d’aide aux communes pour appliquer la réforme des rythmes scolaires sera reconduit pendant une année, en 2015-2016.
     Les communes qui appliqueront la réforme l’an prochain seront confrontées à une dépense estimée à 150 € par enfant. Le fonds mis en place par le gouvernement se traduit par une aide pour une majorité de communes de 50 euros par enfant et par an... Donc le compte n’y est pas…
Et après 2016, c’est l’inconnu.

mercredi 29 janvier 2020

Lutte contre la réforme des retraites nouvelles, et autres combats afférents


. « On n’est pas fatigué »



Mercredi 29 janvier
Manifestation à Paris
13 heures 30
Place d’Italie
Direction Invalides


Un car part d’Argenteuil, affrété par l’Union Locale d’Argenteuil des syndicats CGT. Rendez-vous : 12 heures devant la salle des fêtes Jean Vilar.

Castaner : des grenades qui ont mutilé, utilisées pour liquider les stocks !


Une annonce… détonante



En un an, la grenade GLI-F4 a mutilé plusieurs manifestants. Pour faire de la com', Castaner vient d'annoncer le retrait « immédiat » de cette grenade... qui n'est plus achetée par le ministère de l'Intérieur depuis 2018 !
Mais la police l'utilise encore car elle en a en stock. Quant à la grenade GM2L qui remplace la GLI-F4, les manifestants sont prévenus : elle aussi est classée « matériel de guerre ».

E3C : refus d’une réforme du baccalauréat inapplicable


La jeunesse lycéenne doit s’organiser

2021, les élèves de Première, aujourd'hui les premiers concernés


Tous les lycées d’Argenteuil et de Bezons sont touchés depuis plusieurs jours par la protestation, des élèves surtout mais également d’enseignants, contre une réforme du baccalauréat, véritable « usine à gaz » et inapplicable.
         Cette protestation se marque par des actions ou des signes divers, de la pétition à des départs de feu heureusement sans gravité, en passant par des blocages, des refus de composer, et de très nombreuses discussions sur la situation et l’avenir. Là où le mouvement est le plus productif, c’est quand des enseignants décident de se mettre en grève et de se rendre ainsi disponibles pour, eux aussi, participer aux discussions. Cela a été le cas au lycée Ronceray de Bezons.
Les lycéens ont tout intérêt à poursuivre leur réflexion, à continuer de se réunir pour en discuter, pour s'organiser, pour conserver les liens qu'ils ont commencé à tisser. Car ce n'est qu'en retrouvant le chemin de l'organisation et de l'action collective qu'ils pourront peser sur leur avenir, et faire qu'il ne soit pas aussi sombre que celui que leur prépare la classe capitaliste, maîtresse actuelle de la société.
         Si des débordements et autres incidents ont eu lieu, il n’y a rien d’étonnant. Et ce n’est pas l’intervention de forces disproportionnées de police et autres qui améliorera la situation. Ces incidents montrent la situation de désorientation d’une fraction importante de la jeunesse des quartiers populaires qui constate bien que présent et avenir ne se présentent pas sous des couleurs radieuses, mais qui n’ont pas trouvé la route et les soutiens pour s’organiser, pour peser réellement sur la situation, et empêcher une politique d’éducation profondément inégalitaire socialement.
         La grève pour la défense de la Retraite et le mouvement pour rejeter la réforme du baccalauréat pourraient permettre que jeunes et moins jeunes additionnent positivement leur force, les élèves apportant leur enthousiasme, et les enseignants et les parents, leur expérience d’organisation et leurs idées. DM

Argenteuil, bilan d’un mandat 2014-2018. Archives


Une fois élue, la nouvelle municipalité d’Argenteuil découvrait qu’elle ne pourrait finalement pas contrôler l’Agglomération d’Argenteuil-Bezons ! Cette déconvenue allait la conduire à la liquider par l’intégration à la Métropole du Grand Paris. C’est dans ce cadre que la brève ci-dessous s’insère, puisque la municipalité PCF de Bezons avait fait obstacle à ce contrôle de la municipalité d’Argenteuil sur l’Agglomération.

Feu "L'Agglo"


Un anticommunisme viscéral

Le 8 avril 2014

Suite à ses déconvenues d’hier soir concernant la communauté d’agglomération d’Argenteuil-Bezons et l’office HLM, selon Le Parisien, G Mothron aurait eu les paroles suivantes en quittant les lieux : « Ce n’est pas la peine de conforter une démocratie de ce type. C’est vrai que Bezons, c’est quatre-vingt-quinze ans de communisme : là, on se retrouve en Union soviétique ».
            Voilà un monsieur pas très juste avec Bezons. D’un côté, il rêvait de diriger l’alliance avec cette ville, de l’autre il affirme qu’il risquait de s'y retrouver en Union soviétique !
            En tout cas, il a eu chaud. Les Bezonnais, vous savez, les hommes et les femmes, depuis 1920, le couteau entre les dents !

Salon du Livre Sous les Couverture. Argenteuil les 1 et 2 février 2020


Une mention spéciale pour ce beau Salon



Ce Salon est l’évènement culturel le plus important de la Ville, au sens où cet évènement s’adresse à l’ensemble de la population, celle de tous les quartiers.
         Même si, comme c’est bien normal, il bénéficie du soutien de la Ville et de l’Éducation nationale, il est le fait, durant ces deux jours, de l’engagement et de l’enthousiasme de nombreux bénévoles, aux profils divers, qui permettent de présenter de très nombreuses animations et partages centrés autour du Livre. Ce livre qui demeure l’outil essentiel de la culture.
         Cette année, ce Salon du Livre et des Lecteurs a lieu sur deux jours. Il ouvrira ses portes le samedi de 14 à 19 heures, et le dimanche de 10 à 19 heures. Il mérite que nous nous y retrouvions très nombreux. DM

mardi 28 janvier 2020

Éditorial des bulletins d’entreprise Lutte ouvrière du lundi 27 janvier 2020


Les travailleurs ont commencé à rendre les coups, il faut continuer !



Procédure accélérée à l’Assemblée, projet de loi à trous, ordonnances… le gouvernement veut faire adopter la réforme des retraites au pas de charge. Que le projet ne soit ni fait ni à faire, comme le dit le Conseil d’État, n’y change rien. Le souci du gouvernement est de tourner au plus vite la page de la contestation. Eh bien, c’est peine perdue, parce que les dizaines, les centaines de milliers de travailleurs qui se mobilisent depuis le 5 décembre, ne sont pas près de renoncer !
Même si les cheminots et les agents de la RATP ont dû, dans leur majorité, reprendre le travail, ils continuent le mouvement avec des journées de grève et de manifestations interprofessionnelles. Dans tout le pays, des ports et docks aux établissements scolaires, des raffineries aux incinérateurs, et jusqu’aux avocats ou à l’Opéra de Paris, des travailleurs sont mobilisés. Tous sont bien décidés à maintenir la pression et à être présents mercredi 29 janvier.
Comme la journée de vendredi 24 janvier l’a encore montré, la colère et la détermination sont intactes. Et plus les ministres et députés de la majorité nous expliquent la réforme, plus cette colère grandit tant leur hypocrisie, leurs omissions et leurs mensonges sont insupportables.
« La réforme ne change pas l’âge légal de départ à la retraite », assurent-ils. Mais le gouvernement fait toutes ses simulations avec un âge d’équilibre à 65 ans. Exit l’âge légal à 62 ans, exit l’âge pivot à 64 ans, voilà l’âge d’équilibre à 65 ans pour les générations nées après 1975 !
Le gouvernement reporte l’âge de la retraite à 65 ans, alors que l’espérance de vie en bonne santé est autour de 62 ans pour les hommes. Et elle est bien inférieure pour les ouvriers, parce que travailler sur un chantier, une chaîne de montage ou en équipe avec des horaires décalés, n’a rien d’un parcours de santé.
Les postures pénibles, le port de charges lourdes, l’exposition aux risques chimiques ou aux vibrations mécaniques ne sont pour la ministre du Travail, Pénicaud, que des critères de pénibilité « théoriques ». Pour les salariés, ce sont des tendinites, des dos abîmés, des cancers et des handicaps à vie. Après avoir sacrifié sa santé sur l’autel des profits et de la rapacité capitaliste, il faudrait accepter de ne plus avoir de retraite ?
« Les yeux dans les yeux », tous les ministres assurent faire une réforme de justice et de progrès. Eh bien, ils mentent, comme Cahuzac avait menti en assurant « les yeux dans les yeux » qu’il n’avait pas de compte à l’étranger !
Ils se posent en sauveurs des plus modestes. En défenseurs des femmes alors qu’ils viennent de démolir les droits au chômage de toutes celles qui alternent petits boulots et périodes de chômage ! En défenseurs des agriculteurs, alors qu’en mars 2018, ils ont mis leur veto à la revalorisation des pensions agricoles à un minimum de 85 % du Smic !
Il y aura un seul et unique bénéficiaire de cette réforme : la grande bourgeoisie. Comme toutes les grandes réformes prises sous Sarkozy, Hollande ou Macron, celle-ci est conçue pour détourner des milliards des poches des travailleurs vers les coffres forts du grand capital. Parce que la bourgeoisie n’en a jamais assez et parce que, sous la pression de la crise, elle cherche à reprendre aux travailleurs tout ce qu’elle peut.
Elle veut payer le moins possible pour les salaires, les emplois et les conditions de travail. Et elle demande, en plus, que l’argent dépensé pour les retraites, l’éducation ou la santé soit réduit au strict minimum pour en disposer.
Mais une chose a changé dans le pays : le gouvernement ne parvient plus à cacher son jeu. Sa politique exclusivement en faveur d’une poignée de prédateurs est de plus en plus contestée. L’inégalité et l’injustice qui conduisent à ce que des grands bourgeois encaissent en une heure ce que des millions de salariés mettent un mois à gagner attisent le mécontentement. Et la conscience des ravages engendrés par l’exploitation et le parasitisme de la minorité capitaliste grandit.
Tout cela alimente l’exaspération des classes populaires. Elle s’est fait entendre au travers du mouvement des gilets jaunes et avec l’opposition à la réforme des retraites qui a donné lieu à une des plus grandes grèves dans les transports. Et ce n’est qu’un début.
La même colère couve aussi dans les entreprises privées et elle finira par éclater car il n’y a pas d’autre choix pour les travailleurs que de rendre les coups !



Ce soir mardi 28 janvier
À 22h00 sur
LCI :  Débat avec Nathalie Arthaud

Lutte pour le retrait de la réforme des retraites. Nouvelles.


Indigne pour les mères

 
                                                                                    Photo La voix du Nord

Reprenant les chiffres fournis par le gouvernement, le journal Le Parisien a calculé les pensions de retraite que devraient toucher les mères, selon la réforme. Si une mère, cadre supérieure, y gagnerait, en revanche les autres y perdraient de 50 euros à 300 euros par mois, selon les situations.
     Édouard Philippe avait annoncé que « les femmes seront les grandes gagnantes de la réforme des retraites ». En fait elles seront perdantes, comme les autres catégories de salariés, et souvent plus encore.
     Non, la prétendue réforme des retraites n’a qu’une destination valable : la poubelle.


Mercredi 29 janvier
Manifestation à Paris
13 heures 30
Place d’Italie
Direction Invalides

EDF. Bonnes et mauvaises coupures ?


En revanche, silence sur les coupures pour impayés



     Des agents de l’EDF ont procédé à des coupures de courant de quelques heures dans des sites visibles (commissariats, tribunaux, centres commerciaux, aéroport d’Orly, etc.), mais de simples usagers ont aussi été touchés. Le Premier ministre en profite pour demander des sanctions.
      Et si on ne l’a pas entendu sur les coupures pour impayés (572 000 en 2018, plus en 2019), et là, pas seulement pour quelques heures, c’est qu’elles ne frappent que les pauvres.

Fête de Lutte ouvrière à Argenteuil le 29 février 2020


Le débat

 
L'an passé avec Nathalie ARTHAUD

Dans le cadre de notre fête, un débat aura lieu à 17 heures 45 dans la salle Pierre Dux du complexe Jean Vilar. Il sera l’occasion d’exprimer le sens de notre liste « Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs » à Argenteuil avec Dominique MARIETTE qui la conduira, et des animateurs du mouvement de grève.

Une liste « Lutte ouvrière – le camp des travailleurs sera présente dans bien des villes, dont Argenteuil. En nous présentant nous tenons à affirmer notre camp, celui des travailleurs, contre celui des capitalistes et contre leurs serviteurs zélés du gouvernement.

         Nous pensons que la transformation de la société, ou même une amélioration durable pour les classes populaires ne peut être obtenue par le bulletin de vote. Elle nécessite la mobilisation de l’ensemble de la classe ouvrière. Mais nous pouvons par le bulletin de vote dénoncer cette société soi-disant démocratique qui est en fait une dictature des capitalistes contre les salariés. Nous pouvons nous organiser et nous mobiliser au niveau de la commune pour défendre nos intérêts de travailleurs.

         Nous débattrons également des grèves contre la réforme des retraites dont l’objectif est de faire les poches de travailleurs retraités pour remplir encore plus celles des riches.

         Face au camp de la bourgeoisie, les travailleurs de la SNCF et de la RATP, les enseignants et bien d’autres secteurs se sont fait entendre avec leur principale arme de classe, la grève. Et ce n’est qu’un début.

         Ceux qui ont relevé la tête ont mille fois raison. Ils se sont lancés dans une lutte que tous les exploités devront engager tôt ou tard pour en finir avec cette société d’exploiteurs.

Argenteuil, élections municipales de 2014, la défaite du PS, c’était la faute à Lutte ouvrière… Archives



PS..istes locaux : c’est la faute aux autres

1eravril 2014

La leçon qu’un certain nombre de militants du PS –pas tous- semble avoir bien apprise est la suivante : la défaite de leur liste à Argenteuil est le fait des autres listes de « gauche » dont la nôtre. Ce point de vue bien appris s’accompagne d’attitudes déplacées comme nous le notions hier, voire de horions.

         Pour nous répéter, qui ne veut pas comprendre ne comprend rien. Qui ne veut pas obtenir de réponse ne se pose pas de question.

         Si, sans s’intéresser à nous, ils ouvraient seulement les oreilles sur ce qui se dit à longueur d’heures depuis 48 heures à l’intérieur de leur propre parti, ils découvriraient –peut-être- que la fin de leurs espoirs municipaux provient, pour l’essentiel, d’une politique gouvernementale anti-ouvrière, antipopulaire, pro-bourgeoise, pro-patronale que je n’ai jamais entendu dénoncée depuis des mois dans la bouche de nos discourtois et de nos insulteurs d’aujourd’hui. DM

lundi 27 janvier 2020

Pour le retrait de la réforme, nouvelles de la mobilisation


Tiendrions-nous le bon bout ?



Critiques nettes de ses pairs du conseil d’État. Nouvelle chute dans les sondages du nombre de ses soutiens, alors qu’a contrario le refus de sa réforme est plus que jamais majoritaire dans la population. Et surtout, vitalité de la mobilisation et de la colère. En tout cas, nous avons tout intérêt à maintenir voire à accroître la pression. La nouvelle journée de grève et de manifestations de mercredi a dans ces conditions une importance toute particulière. Les informations sur cette journée vont suivre. En tout cas préparons-nous dès maintenant à manifester massivement mercredi. DM

Tous Mercredi 29 janvier à Paris
Manifestons !




Richesse : Rapport d’Oxfam : un système toujours plus inégalitaire. Un article de notre hebdomadaire de cette semaine


Rapport d’Oxfam : un système toujours plus inégalitaire

22 Janvier 2020

Oxfam publie comme chaque année son rapport annuel sur la pauvreté et y dénonce les inégalités abyssales entre les immensément riches et le reste de la population. Et de présenter une montagne de chiffres édifiants, tirés des données de la banque Crédit suisse, de la Banque mondiale et du magazine Forbes.
En 2018, les 2 153 milliardaires de la planète se partageaient autant de richesses que 4,6 milliards de personnes. Leur nombre a presque triplé depuis dix ans, puisqu’ils étaient 792 en 2009, au lendemain de la crise financière. La richesse des 1 % les plus riches de la planète correspond à plus de deux fois la richesse de 90 % de la population mondiale.
Les plus riches peuvent se contenter de regarder croître leur fortune avec le temps, puisque leur fortune possède une rentabilité annuelle moyenne de 7,4 % au cours des dix dernières années. Bill Gates a aujourd’hui une fortune estimée à près de 100 milliards de dollars, soit deux fois plus que lorsqu’il était à la tête de Microsoft.
À l’autre bout de la planète, près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,50 dollars par jour. Et la pauvreté ne se réduit que très peu. Elle augmente même en Afrique subsaharienne.
En France, le constat d’Oxfam est le même. Actuellement, 41 milliardaires, soit quatre fois plus qu’en 2009, cumulent 330 milliards de dollars, cinq fois plus qu’il y a dix ans !
Et le rapport essaie de montrer ce que cet écart de richesses signifie : « Si quelqu’un avait pu économiser l’équivalent de 8 000 euros par jour depuis la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, il n’arriverait aujourd’hui qu’à 1 % de la fortune de Bernard Arnault. »
Ce constat est édifiant et révoltant : ces riches sont riches de l’exploitation de milliards d’hommes et de femmes. Et dire que les tenants de cette société-là voudraient qu’on l’accepte sans rien dire !

                                        Bertrand GORDES (Lutte ouvrière n°2686)

Argenteuil – Cap Héloïse, défense de Jean Vilar. Manque de sérieux


La moindre des choses eût été que l’on remplaça sérieusement l’animateur absent



La municipalité a mis en place il y a plusieurs mois une soi-disante concertation sur le projet Cap-Héloïse/Jean Vilar, confiée à l’adjoint-au maire Philippe Métezeau.
         Déjà largement discutable, le moins que l’on puisse dire est que cette commission piétine.
         L’adjoint étant malade, la dernière réunion, déjà tardive dans le calendrier, a été conduite par une personne qui n’appartient même pas à la municipalité.
         Bien évidemment, une absence pour maladie ne mérite aucun commentaire. Cela arrive à tout un chacun. Mais la moindre des choses eût été que l’adjoint soit remplacé par le maire lui-même ou son premier adjoint pour maintenir à cette concertation une certaine crédibilité minimum. DM

Argenteuil. Retour sur un mandat 2014-2020. Archives.


Nous allons dans les semaines qui viennent republier un certain nombre d’articles du présent blog publiés de 2014 à 2020 qui éclairent sur la politique menée par la municipalité encore présente et l’ex-maire aujourd’hui toujours candidat, député d’Argenteuil-Bezons de 2012 à 2017. Politique que l’une et l’autre tentent aujourd’hui de faire oublier. DM



Le 31.03.14. Le lendemain de la défaite de la liste conduite par Philippe Doucet

Argenteuil : quand on refuse de se poser les questions, on est sûr de ne jamais trouver les réponses

 Je croise ce matin l’encore adjointe PS à la vie des quartiers, accompagnée de deux membres du « cabinet » du maire battu hier. La première refuse de me dire bonjour et me dit : « Vous avez donné la Ville à la droite ». Les secondes approuvent. « Vous avez » sans doute fait-elle allusion à ceux dont nous-mêmes- qui n’avons pas donné de consignes de vote.
         C’est dommage que ces gens-là ne lisent pas Lutte Ouvrière. Le titre de notre hebdomadaire d'après-premier tour pourrait, au-delà des réponses locales –et il y en a- les éclairer : « En menant la politique du patronat, le gouvernement Hollande renforce la droite et l’extrême-droite ».
          Mais cela les intéressent-elles ?

                                                                           DM

Fête de Lutte ouvrière à Argenteuil le 29 février prochain


Une fête de la Lutte


Bien évidemment, elle sera une fête de notre liste aux élections municipales d’Argenteuil, la liste « Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs », le 29 février, la veille de l’ouverture de la campagne électorale officielle.
         Chacun aura remarqué que, au milieu des chasubles, des casaques et des flonflons des autres listes, la seule campagne de notre liste est celle du combat pour faire reculer Macron et l’amener au retrait pur et simple de son projet. Et il n’y a aucun mystère dans cela.
         La première raison est que ce combat est prioritaire pour nous avec toutes les activités et manifestations qui en découlent.
         La seconde est que « Faire entendre le camp des travailleurs » est déjà une réalité, celle des grèves, celle de la rue. Les élections qui en soit ne changeront jamais rien offriront seulement la possibilité aux travailleurs d’exprimer un vote pour leur camp, pour leur classe.
         Mais il nous faut bien préparons cette fête durant laquelle non seulement un meeting aura lieu, mais qui donnera lieu également à une rencontre avec des grévistes de la RATP, de la SNCF, de l’Éducation nationale.
         Il faut donc qu’il y ait le plus grand nombre de participants possible. Et après les discussions, il y aura le grand banquet ouvrier : 16 euros pour les adultes, 8 pour les enfants accompagnés. Bien évidemment les militants et les grévistes des autres tendances sont cordialement invités. Réservez dès maintenant vos places, auprès de moi-même ou des autres camarades. Dominique M. 0699499864    MDommarie@aol.com




dimanche 26 janvier 2020

« Plus ils expliquent leur réforme, plus on est en colère ». Interview de Nathalie Arthaud à la Manifestation du vendredi 24 janvier à Paris

Argenteuil, Grévistes de la RATP, de la SNCF, de l’Éducation…, Aidons-les (1). Et une manifestation très révélatrice de l'ambiance actuelle


Le soutien de la commune comme partout s’impose


De nombreux travailleurs de la RATP et de la SNCF habitant Argenteuil ont fait grève ou continuent à faire grève depuis le 5 décembre dernier pour le retrait de la réforme Macron contre les retraites. Si celle-ci était appliquée, ce ne serait pas seulement une catastrophe personnelle pour de très nombreux habitants de la commune, mais également un pas de plus vers un appauvrissement général de la population. Par voie de conséquence, cela entraînerait une aggravation des contraintes qui pèsent particulièrement sur la conduite des affaires municipales.
         Une municipalité soucieuse des habitants et consciente de la municipalité aurait à cœur d’aider ceux qui se battent actuellement et qui, en cette fin de mois de janvier, vont subir une fiche de paie amaigrie voire nulle.
         Nous ne nous faisons guère d’illusions, mais nous aimerions nous tromper, et que la municipalité d’Argenteuil fasse un geste personnel à tous ceux qui le demanderont, ou par la voie collective des caisses de grève officielles qui se sont mises en place.
         Des communes telle celle de Gennevilliers ont fait ce geste de solidarité. Que celle d’Argenteuil fasse de même ! DM

Une correspondance de Limoges très révélatrice du moment de mobilisation actuel

Encore et toujours là, plus déterminés que jamais !


Flash-mob devant la mairie !

La manifestation de ce vendredi 24 janvier, qui faisait suite à deux autres dont une en nocturne, à la lueur des flambeaux, la veille, a regroupé nettement plus de participants que lors du temps fort du jeudi 16. Les enseignants étaient là en force, des étudiants se sont joints au cortège en plus grand nombre aussi, des groupes de plusieurs entreprises privées étaient là, comme ceux de Legrand toujours présents depuis le début du mouvement.

Ce qui a marqué, c'est l'ambiance à la fois très déterminée et joyeuse avec tout au long du défilé l'animation d'un groupe de filles -enseignantes, territoriales ou de la santé- exécutant le fameux flash-mob "A cause de Macron", sous les applaudissements enthousiastes des manifestants.

Les manifestants venus de tous les secteurs du salariat étaient vraiment heureux de se retrouver encore une fois en nombre et se sont donnés rendez-vous pour ce samedi après-midi et pour trois autres jours de mobilisation la semaine prochaine !