samedi 30 novembre 2019

Retraites : Philippe joue du pipeau


La partition du 5 : en grève et en manifestation !



Le gouvernement s’attend à une mobilisation massive le 5 décembre, et il cherche à intimider ceux qui hésitent à se joindre au mouvement. Edouard Philipe a certes annoncé vouloir faire passer sa réforme des retraites « sans brutalité » et s’est dit prêt à discuter et à négocier de tout, mais il a confirmé qu’il continuerait à garder le même cap, c’est-à-dire à mettre en place sa réforme-démolition. C’est-à-dire travailler plus longtemps - à condition de trouver un travail - pour obtenir une pension de misère.
Aucune raison d’accepter et toutes les raisons d’être en grève et dans la rue le 5 décembre … et de préparer la suite.

Manifestation du 5 décembre à 14 heures
Le rendez-vous a changé à Paris
Dorénavant gare de l’Est
Des cars sont prévus par la CGT, en particulier par l’Union Locale des syndicats CGT d’Argenteuil
Départ 12 heures 30 devant la salle Jean Vilar
Mais il faut s’inscrire, et vite
01 34 10 55 11

La grève : un droit dont il faut se servir



La grève : un droit dont il faut se servir

27 Novembre 2019

Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains, a déclaré qu’il voulait déposer un projet de loi restreignant le droit de grève dans les services publics. « Je propose un droit nouveau pour les usagers du service public de transports qui consiste à définir un vrai service minimum garanti, a-t-il déclaré. Il n’est pas question que le droit de grève consiste à prendre tout un pays et une économie en otages. »
Comme à tous les politiciens de son espèce, le droit de grève (accordé aux travailleurs en 1864, il y a donc 155 ans !) lui donne des boutons, et d’autant plus si la mobilisation promet d’être large, plusieurs catégories de travailleurs ayant déjà annoncé leur volonté de cesser le travail le 5 décembre. Un Retailleau ne pouvait manquer cette occasion de se poser en défenseur des usagers « otages des grévistes ».
Le droit de grève est inscrit dans la Constitution. D’après les textes officiels, tout salarié d’une entreprise peut l’utiliser lorsque l’appel à la grève est lancé, avec dépôt de revendications professionnelles, soit au niveau national par des syndicats, soit lorsque, sur une entreprise, il y a un arrêt collectif de salariés.
Naturellement, ce n’est pas seulement une question légale. Bien des patrons font tout pour limiter l’exercice de ce droit par les travailleurs, sans reculer devant la menace. Dans de nombreux secteurs, les administrations cherchent de même à le limiter par des réglementations. L’imposer devient alors une question de rapport de force entre travailleurs et patrons.
Et lorsque la colère explose, comme en Mai 68, aucune loi ou limite du droit de grève ne peut empêcher les travailleurs de l’exercer massivement.

                                                         Marianne LAMIRAL (Lutte ouvrière n°2678)

Agriculteurs : dans la jungle capitaliste


20 % des agriculteurs ne parviennent plus à vivre de leur activité.



Venus de différents coins de France, des agriculteurs ont manifesté à Paris. Près de 900 tracteurs ont bloqué le périphérique et se sont rendus sur les Champs-Elysées pour dénoncer la baisse de leurs revenus et la mise en place de nouvelles normes comme l’interdiction du glyphosate en 2021.
        Tous les manifestants n'étaient certainement pas de petits agriculteurs. Les plus riches, les capitalistes de la campagne, ne sont pas les derniers à donner de la voix. Mais il y a les autres. Et le fait est que la loi du marché, qui règne sur l'agriculture comme sur l'ensemble de l'économie capitaliste, broie les petits : 20 % des agriculteurs ne parviennent plus à vivre de leur activité.
 Alors ceux qui refusent de se laisser mettre sur la paille pour les profits des capitalistes de la grande distribution, des banques et des industriels de l’agro-alimentaire ont bien raison de se faire entendre !

Aide médicale d’État : démagogie nauséabonde et réalité


Menteurs et démagogues



D’après une étude, 49 % des migrants sans papiers en France ne font pas appel à l’Aide médicale d’État (AME), soit qu’ils ne savent pas qu’elle existe, soit qu’ils se découragent face à la complexité des démarches nécessaires pour l’obtenir.
Tous ceux qui osent parler de « tourisme médical » sont des menteurs et des démagogues.

Argenteuil, élections municipales 2020. Chronique (31)


Petit jeu mérité des couleurs à l’occasion des prochaines Municipales

 Photo 1 de 2014


Photo 2 de 2020


Questions : Chaque fois, de qui s'agit-il ? Qu’est-ce qui a changé en 2020 par rapport à 2014 ? Pourquoi ce changement ? (Réponse dans notre édition de demain). Les gagnants peuvent être Fiers d'être... conscients.

vendredi 29 novembre 2019

Google alerte : Google n’aime pas ceux qui la lance ?


Exploitation 2.0

 
Pas si joyeux...

Google a licencié quatre salariés, les accusant d’avoir consulté des documents auxquels ils n’auraient pas dû accéder. En réalité, les quatre salariés en question avaient organisé une grève dénonçant des faits de harcèlement sexuel cachés par les dirigeants de Google et dénoncent aussi leur collaboration avec la police de l’immigration et des frontières. Ils accusent le groupe de tout faire pour se débarrasser des contestataires et des syndicats.
Google produit une technologie des plus modernes, avec les mêmes méthodes qu’utilisent les exploiteurs depuis des siècles.


Manifestation du 5 décembre à 14 heures
Le rendez-vous a changé à Paris
Dorénavant gare de l’Est
Des cars sont prévus par la CGT, en particulier par l’Union Locale des syndicats CGT d’Argenteuil
Départ 12 heures 30 devant la salle Jean Vilar
Mais il faut s’inscrire, et vite
01 34 10 55 11

Mali : morts pour Bolloré, Areva, et autres industriels


Troupes françaises, hors d'Afrique !



13 soldats français sont morts lors d'une opération de la mission Barkhane au Mali. C'est le plus lourd bilan pour l'armée française depuis longtemps.
Toute la classe politique s'est émue de ce drame et essaye de faire partager son émotion, réelle ou de circonstance, à la population. Ce sont pourtant ces politiciens de tous bords qui envoient des milliers d'hommes maintenir l'ordre impérialiste en Afrique, au péril de leur vie. Loin de s'améliorer, la situation dans le Sahel s'est dégradée, et en premier lieu pour les populations locales.
Alors, aujourd'hui comme hier, troupes françaises, hors d'Afrique !

Capitalistes, actionnaires, bourgeois, malades du profit




Un appétit sans fin

Le géant de la restauration collective Compass Group annonce la suppression de 4 000 emplois, essentiellement en Europe. Ce mastodonte ne fait même pas semblant d'avoir des difficultés : son chiffre d'affaire avoisine les 29 milliards d'euros, en hausse de 6,4 %. Dans le langage patronal, il s'agit donc non pas de sauver l'entreprise, mais d'avoir « un modèle d'emploi adapté » à un « environnement macroéconomique » avec un « moral des consommateurs en baisse ».
Derrière ce jargon on retrouve une même démarche qui fait que cette fois encore la masse salariale est « la variable d’ajustement », et jamais les profits des actionnaires et des dirigeants.
Voilà qui mériterait un « modèle de réponse adaptée » des travailleurs à la hauteur de cette attaque.

Argenteuil Élections municipales 2020 : quand l’ex-adjoint est déjà rodée dans le baratin politicien. Chronique (30)


« Je ne voulais pas mentir aux Argenteuillais… » Mon œil !


Le Parisien-95, le 28 juillet 2019

« Je ne démissionne pas pour rejoindre En Marche ou prendre une tête de liste. Je reste de droite ! Je me trouvais juste dans l'incapacité de mener de front, ma vie professionnelle, ma vie personnelle et mon mandat politique. J'aurais pu continuer à toucher mon indemnité et en faire moins mais ça n'est pas ma conception de la politique. Je ne voulais pas mentir aux Argenteuillais. »

Cinq mois plus tard... Novembre 2019



Elle ne serait pas En Marche, elle qui fait marcher ?


Agenda militant, manifestation du 5 décembre, et réunion publique de Lutte ouvrière


Débat avec Nathalie Arthaud en débat sur LCI
Ce soir vendredi à 22h00




 

Manifestons le 5, gare de l’Es, 14 heures !

Manifestation à 14 heures
Le rendez-vous a changé à Paris
Dorénavant gare de l’Est
Des cars sont prévus par la CGT, en particulier par l’Union Locale des syndicats CGT d’Argenteuil
Départ 12 heures 30 devant la salle Jean Vilar
Mais il faut s’inscrire, et vite
01 34 10 55 11

 

Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs, une réunion mardi 17 décembre


jeudi 28 novembre 2019

5 décembre : ils le craignent. Il faut confirmer leurs craintes, le 5 décembre et après. Un article de notre hebdomadaire Lutte ouvrière à paraître


5 décembre : les craintes de Macron et du gouvernement

27 Novembre 2019

« Je ne peux pas répondre à des demandes catégorielles en pénalisant le reste de la société », a asséné Macron en visite à Amiens, à deux semaines des grèves et manifestations du 5 décembre.



Cette tentative de minimiser le refus de la nouvelle vague d’attaques antiouvrières, cristallisée autour de la réforme des retraites, est grossière. La mobilisation, qui s’annonce importante, serait selon lui celle de grandes entreprises de transport, donc focalisée contre la fin des régimes spéciaux. Donner satisfaction aux cheminots, aux salariés de la RATP, « en pénalisant le reste de la société » ? Vous n’y pensez pas ! a insisté Macron devant tous les micros, en mentant comme un arracheur de dents sur le contenu de la réforme des retraites. Air connu : le patronat, qui souhaite ardemment cette attaque, et le gouvernement tentent de faire passer les travailleurs du rail et du volant pour des privilégiés, alors qu’ils défendent simplement leurs droits et, les premiers, ont montré qu’on pouvait, qu’on devait riposter collectivement.
Faussement naïf mais authentiquement méprisant, le président des riches a fait mine de s’étonner d’une « mobilisation massive contre une réforme dont on ne connaît pas les termes exacts ». Or son « engagement pris devant les Français », comme il dit, se traduit clairement depuis près de deux ans et demi par des milliards versés aux groupes du CAC 40, par un enrichissement des riches à coup de CICE et autres reversements, et un appauvrissement des salariés, des travailleurs retraités, pensionnés ou sans-emploi. Chacun sait donc, pour l’avoir déjà expérimenté, ce que valent les réformes gouvernementales, dictées qu’elles sont par les intérêts des capitalistes qui tirent les ficelles.
Aux tentatives de division d’un mouvement de colère ouvrière qu’il sent venir, à la ridicule méthode Coué des « nouvelles positives » qui seraient à opposer à un « pays trop négatif sur lui-même », Macron a ajouté la menace. Il menace de façon à peine voilée les organisations syndicales « qui essaient de jouer avec les peurs », « prennent des responsabilités au regard de la démocratie », et menace les manifestants, avertis « qu’il n’y a pas de liberté de casser », ce qui sous-entend que les forces de répression, une fois encore, pourront frapper, gazer, éborgner.
Macron, son gouvernement, et avec eux le patronat, veulent donner une impression de fermeté, mais ils craignent les travailleurs et leurs réactions de plus en plus fréquentes. Ils craignent une mobilisation massive ? Il faut confirmer leurs craintes, le 5 décembre et après.

                                                   Viviane LAFONT (Lutte ouvrière n°2678)   


Manifestation à 14 heures
Le rendez-vous a changé à Paris
Dorénavant gare de l’Est
Des cars sont prévus par la CGT, en particulier par l’Union Locale des syndicats CGT d’Argenteuil
Départ 12 heures 30 devant la salle Jean Vilar
Mais il faut s’inscrire, et vite
01 34 10 55 11
                         
                           

Gratuité des transports en commun : la preuve par Dunkerque


Dunkerque : succès de la gratuité des bus

27 Novembre 2019

Le 1er septembre 2018, la communauté urbaine de Dunkerque présidée par Patrice Vergriete (ex-PS, contre lequel LRM ne présentera pas de liste aux prochaines municipales) a instauré la gratuité des bus dans ses 17 communes. Le succès de cette gratuité, après d’autres à Compiègne, Aubagne ou Niort, est évident.
En un an, la fréquentation a augmenté de 65 % en semaine et de 125 % le week-end, soit une moyenne de 85 %. Les usagers n’ont plus rien à payer, la tension générée par la fraude a disparu. Les conducteurs de bus n’ont plus à tenir une caisse et plus de crainte de se faire agresser. Il n’y a plus de caillassage de bus, comme c’était le cas auparavant. Les incidents ont diminué. De tous les côtés, la gratuité améliore la vie sociale.
Soixante conducteurs ont été embauchés et des bus supplémentaires ont été acquis par la communauté urbaine. Les anciens contrôleurs s’occupent depuis de la bonne marche du réseau.
Certains problèmes ne sont pas réglés. Les conducteurs des lignes cadencées ont des temps de battement entre les voyages plus limités qu’auparavant, d’où plus de fatigue pour eux. Sur une ligne non cadencée très utilisée, les bus sont bondés.

Il reste que la gratuité des transports a fait preuve de son efficacité.

                                     Serge VIARD (Lutte ouvrière n°2678)

Demain, seulement des objets de musée

Les jeunes aux Restos… du cœur dans une société où les coffres de la bourgeoisie débordent de milliards


Un nombre qui explose qui juge du recul de la société



Les Restos du cœur ont ouvert leur nouvelle campagne de distribution de repas. L’année dernière, ils sont venus en aide à 900 000 personnes, et plus de la moitié des personnes accueillies sont des jeunes de moins de 26 ans, des mineurs avec leur famille, des travailleurs à temps partiels, des chômeurs, des mères célibataires, des étudiants.
Depuis 35 ans que les Restos existent, le nombre de repas servis a explosé. Voilà qui juge ceux qui décident, commandent et profitent dans cette société sans cœur mais avec des coffres-forts qui débordent de milliards. Et la France n’est pas le pays le moins riche de la planète !

Bruit et espérance de vie : cela peut se traduire par des années d’espérance de vie en moins


Un désavantage de plus




Le bruit est un fléau qui gâche la vie de la population. Il perturbe chacun, et cela ne s’arrange pas avec l’âge. Ce que l’on sait moins, c’est qu’au-delà des désagréments de chaque instant, cela a des conséquences sur l’espérance de vie.
         Argenteuil et la région sont particulièrement concernées comme on peut le constater sur la carte ci-dessus. Et comme dans bien d’autres communes, la population cumule : bruit des avions, l’été en particulier, des chemins de fer multiples, des autoroutes non protégés…
         Et ce fléau pèse bien davantage sur les villes très populaires comme Argenteuil où l’énorme majorité de la population a bien moins de moyens pour échapper à ces zones touchées par le bruit. DM

Élections municipales Argenteuil 2020. Chronique (29)


Engouements subis pour l’ovalie…

 
On les voit quand sur le terrain ?

Les initiatives des associations locales vont accueillir du beau « monde » dans les mois qui viennent. Les candidats se pressent là où on ne les voit pas forcément habituellement.
         Le maire d’Argenteuil était de la partie lors d’une soirée organisée par le club de rugby samedi dernier. Lui au moins, c’est compréhensible, et il était invité. Il n’en est pas allé de même pour d’autres présents.
         G. Mothron était ainsi serré de près par un ancien-nouveau proche de Philippe Doucet, et par la candidate dissidente de LREM que l’on croyait davantage spécialisée dans la marche sur les traces du capital que du côté du ballon oval.
         Les uns et les autres seraient-ils de nouveaux fans de la méthode du fameux Faouzi Lamdaoui dont le credo était : « une main serrée, une voix » … avec la réussite que l’on sait. DM

mercredi 27 novembre 2019

5 décembre : « descendre le plus nombreux possible dans la rue ». Nathalie ARTHAUD sur LCI au « 9 heures Galzi »

LVMH et Tiffany : des bijoux pas de famille… mais toujours plus chers !


Slogan pour le 5 : de l’argent, il y en a dans les poches du patronat !



LVMH, le groupe de luxe du multimilliardaire Bernard Arnault, vient de s’offrir le joaillier américain Tiffany pour la somme record de 14,7 milliards d’euros. Bernard Arnault flirte aujourd’hui avec les 100 milliards d’euros de fortune personnelle, ce qui en ferait le deuxième homme le plus riche du monde.
Il continue à amasser les milliards alors que l’économie ne cesse de s’enliser dans le marasme de la crise de plus en plus menaçante. Après eux le déluge, telle est la devise de ces ultra-riches. N’attendons pas une quelconque Arche de Noé pour sauver la planète et ceux qui y vivent !