samedi 31 août 2019

Retraites, RATP : mobilisation le 13 septembre. Article d’un correspondant


RATP : la journée de grève du 13 septembre se prépare

28 Août 2019

La prochaine réforme des retraites prévoit la suppression de tous les régimes spéciaux, comme celui qui concerne les travailleurs de la RATP au statut.
Ce régime spécial a déjà été mis à mal par les précédentes réformes des retraites, avec en particulier l’allongement de la durée de cotisation pour avoir une pension complète à 42, et bientôt 43 ans. L’embauche de plus en plus fréquente de travailleurs de droit privé par la RATP a été aussi un moyen de le contourner.
Avec la suppression complète de ce régime spécial, c’en serait fini du calcul des pensions à partir des six derniers mois de salaire et de la possibilité de départ anticipé du fait de la pénibilité de son emploi.
Ces reculs s’ajouteraient aux attaques annoncées contre tous les travailleurs : instauration d’un âge pivot à 64 ans, en dessous duquel s’appliquerait une décote, et calcul par points, qui permettrait au gouvernement de diminuer à sa guise le montant des pensions.
Dès que les syndicats ont annoncé une journée de grève le 13 septembre pour protester contre ces nouvelles attaques, les discussions ont été nombreuses dans les terminus du métro et dans les dépôts de bus.
La première chose que certains ont faite en revenant de vacances a d’ailleurs été de se déclarer grévistes pour le 13 sur les bornes informatiques prévues à cet effet (une procédure obligatoire au moins 48 heures avant la grève).
Certains cadres, eux aussi concernés, ont fait comprendre aux conducteurs que faire cette grève ne retarderait pas leur avancement de carrière, alors que c’est habituellement un moyen de chantage utilisé par la hiérarchie pour limiter la grève. Des agents de maîtrise ont annoncé qu’ils seraient eux aussi en grève.
Les syndicats, qui ont choisi une journée d’action à part pour la RATP, ne sont pas sans arrière-pensées corporatistes, mais bien des salariés de la RATP comprennent qu’ils ont, comme les autres travailleurs, intérêt à envoyer cette réforme à la poubelle, s’ils ne veulent pas passer leurs vieux jours plus usés et appauvris.
                                     Correspondant LO (Lutte ouvrière n°2665)
 
 

EDF, Engie, Total… : Les fournisseurs d'électricité, plus verts que verts ?


Arnaqueurs de haut vol

 


La trentaine de fournisseurs d'électricité, concurrents d'EDF, multiplie les offres en « énergie verte » censées recourir aux énergies renouvelables, éoliennes, barrages hydroélectriques ou panneaux solaires.
En réalité, ils sont tous branchés sur le réseau EDF et délivrent donc essentiellement de l'électricité d'origine nucléaire ou thermique. Simplement, ils achètent des certificats d'énergie renouvelable à d'autres producteurs, à l'Islande par exemple, qui n'est même pas reliée au réseau européen.
Ces fournisseurs, dont Engie (ex GDF Suez), Total et bien sûr EDF, appâtent les usagers avec des bons sentiments écologiques. Avec ces arnaqueurs de haut niveau, on peut s'attendre à en apprendre des vertes et des pas mûres.

Industrie : 7000 sites pollués en France… mais les pollueurs ne sont pas les payeurs


Inaction voire complicité des pouvoirs publics

 
 

Les industriels ont la triste habitude, quand ils ferment leurs usines, de laisser en l'état des sols souillés par des produits toxiques. Près de 7000 sites ainsi pollués sont officiellement recensés en France.
Une récente enquête de France info et de France 3 Normandie montre comment ces patrons bénéficient de l'inaction voire de la complicité des pouvoirs publics. Comme l'usine Citron en Normandie, usine de recyclage des piles qui a déversé pendant des années des polluants dans l'environnement avant de fermer en 2010, licenciant 110 employés et abandonnant 110 000 tonnes de métaux lourds.
Dix ans plus tard, le PDG n'a toujours pas été définitivement condamné par une justice peu pressée. En attendant, l'État a dépensé plus de 35 millions pour dépolluer le site. Le capitalisme n'est pas recyclable, il est urgent de le jeter à la poubelle.

Judo : Clarisse Agbegnenou, le résultat aussi d’un club de banlieue animé par des bénévoles engagés


Que peuvent des clubs aux moyens limités ?

 


La judoka Clarisse Agbegnenou vient à nouveau de l’emporter dans sa catégorie aux championnats du monde de judo. Il paraît qu’elle devient ainsi la championne française la plus titrée de l’histoire de ce sport dans le pays.
Clarisse Agbegnenou est bien connue à Argenteuil. On peut même dire que c’est là qu’elle est devenue, adolescente, une  grande championne. Par ses qualités, son engagement pour son sport, mais aussi dans le cadre d’un club particulier, Escales, et de l’activité de militants de ce sport, les frères Goudgil que je salue ici.
Comme chacun sait, leur championne est aillée dans un autre club qui avait sans doute les moyens financiers pour accompagner la suite de l’itinéraire de la championne, avec des conditions meilleures pour celle-ci. D’autant plus, si nos souvenirs sont bons, que les promesses qui avaient été faites à Escales par la municipalité précédente d’Argenteuil n’avaient pas été tenues.
Combien de champions éclos dans des clubs de banlieue se sont ainsi retrouvés dans de grands clubs aux reins financiers plus solides quand ce n’est pas pour devenir les faire-valoir d’intérêts financiers qui n’ont plus grand-chose à voir avec le sport. Nous ne savons pas si c’est le cas pour le judo, et si c’est le cas, c’est à un degré bien moindre. Et cela n’a rien à voir au parcours des champions et de leur passion sportive.
Dans cette société capitaliste, tout finit par être « récupéré » par le capital. C’est vrai donc aussi pour le sport, lorsque l’activité et le dévouement de bénévoles permet l’éclosion de champions dont les exploits les amènent vers de bien d’autres horizons. DM

Argenteuil, groupe scolaire Simone Veil, veille de rentrée, tout est prêt ?


Quand ils ont besoin de nous…

 


On ne sait pas encore dans quelles conditions ouvrira lundi le nouveau groupe scolaire Simone Veil du quartier du Val-Notre-Dame. Comme nous l’avons écrit il y a quelques jours, la municipalité devra une fière chandelle à tous les travailleurs qui auront fait le maximum pour qu’il puisse ouvrir, même dans des conditions acceptables minimales.
         La municipalité en devra aussi une aux employés municipaux du service des Écoles qu’elle a sollicités pour venir nettoyer l’ensemble des locaux de l’école Simone Veil qui en avaient besoin hier.
         Pourtant, à longueur d’année, la hiérarchie de ce service tente de mener la vie dure à ces travailleuses territoriales. Mais là, la municipalité s’est faite tout sourire pour trouver de l’aide.
         Bien évidemment, quand il s’agit que tout soit prêt au mieux en tout cas, alors que les enfants et leurs parents sont particulièrement inquiets face à la nouveauté de cette école terminée aux forceps, on ne peut pas rester indifférent.
         A ce propos, ce que nous appelons une « municipalité ouvrière », en pareil cas ou face à des difficultés du même type, ferait appel aussi à la population et aux associations pour l’aider.
         Une idée surprenante ? En tout cas, pas pour nous et pour ceux pour qui le fonctionnement de la société et la résolution des problèmes pourraient facilement éviter de prendre les circuits marchands et financiers, et cela à l’avantage de tous. DM

vendredi 30 août 2019

Brésil : l’Amazonie brûle, un article de notre hebdomadaire Lutte ouvrière de cette semaine à paraître


Brésil : l’Amazonie brûle

Dans l’après-midi du 19 août, à la faveur de vents soufflant du nord, un nuage de fumées a plongé dans l’obscurité les vingt millions d’habitants de l’agglomération de Sao Paulo, tandis que tombaient des pluies noires. C’était la forêt amazonienne qui brûlait, ainsi que la zone de savanes qui la borde, à 2 000 ou 3 000 kilomètres de là.
Chaque année, l’Amazonie brûle à la saison sèche, par suite de la déforestation. Les exploitants forestiers abattent la forêt primaire, débardent les bois précieux qui servent au déroulage et à la fabrication de contreplaqué, et mettent le feu à tout le reste. Le feu dégage le terrain et les cendres engraissent la terre. Après les brûlis peuvent arriver les entreprises minières, les éleveurs de vaches, les planteurs de canne à sucre et de soja.
Mais le phénomène s’accélère, amplifié sans doute par le réchauffement climatique. Depuis le début de l’année il y a eu 75 000 incendies de forêt : 85 % de plus que l’an passé. Dimanche 25 août, l’Institut brésilien de surveillance spatiale annonçait qu’en 24 heures il en avait compté 1 100 nouveaux. Ils touchent tout le nord du Brésil mais aussi la Bolivie, où 500 000 hectares sont partis en fumée, et la zone marécageuse du Pantanal, à la frontière des deux pays et du Paraguay.
Le président brésilien Bolsonaro se défend d’être responsable de ces incendies, mais sa politique et ses discours n’y sont pas pour rien. Tout au long de sa campagne présidentielle, il a dénoncé les réserves indiennes et les forêts d’État comme des zones inutiles au pays, dont il faudrait mettre en valeur le sol et le sous-sol. Rien d’étonnant à ce que les trusts de l’agroindustrie se sentent les coudées franches.
Les grands propriétaires terriens disposent au Parlement d’un groupe d’appui de près de la moitié des députés. Depuis toujours, leurs désirs sont pour le gouvernement des ordres. La dictature militaire leur a ouvert cette région de quatre millions de ­kilomètres carrés, traçant des routes à travers l’Amazonie et décimant les Indiens. Et tous les gouvernements civils ont suivi, fermant les yeux sur les pratiques illégales des grandes exploitations, quand ils ne les encourageaient pas. Lula a par exemple autorisé la culture du soja transgénique. Bolsonaro, lui, a proclamé qu’il leur laisserait tous les droits, et il a tenu ses promesses.
Depuis son arrivée au pouvoir en janvier dernier, il a systématiquement bâillonné et démantelé les institutions qui auraient pu entraver la déforestation : la Funai censée protéger les Indiens, l’Ibama chargé de l’écologie, l’Institut des recherches spatiales dont les satellites surveillent l’Amazonie. Quant aux ONG, après leur avoir coupé les fonds, il les accuse d’avoir mis le feu pour lui nuire.
Devant l’étendue des incendies et les protestations internationales, et sans doute sous la pression du lobby agrarien qui craint pour ses exportations, Bolsonaro promet aujourd’hui de réagir fermement. Il a envoyé quelques avions militaires combattre les feux et a décrété la mobilisation des 43 000 soldats cantonnés en Amazonie. Mais l’état-major ne va pas leur ordonner d’arrêter les grands propriétaires responsables des incendies, de confisquer leurs camions, leurs tracteurs et leurs tronçonneuses géantes, de désarmer leurs hommes de main et de réquisitionner leurs équipes de salariés sur le terrain.
L’État brésilien, c’est l’État de ces grands propriétaires, qui sont souvent des multinationales et qui toujours travaillent pour le marché mondial du bois, des métaux, de la viande, du soja, du sucre, du jus d’orange. Ni Bolsonaro ni aucun des dirigeants impérialistes ne vont s’en prendre à ces piliers du système capitaliste, pas plus sous prétexte de sauvegarde de la nature que sous prétexte d’indépendance nationale.

                                       Vincent GELAS (Lutte ouvrière n°2665)




Carte géographique des écorégions de la forêt amazonienne délimitées par le WWF. Les lignes en blanc délimitent les contours de la forêt amazonienne. Le bassin de l'Amazone est indiqué en bleu (Wikipédia)



Réchauffement climatique, avenir de la planète : Blanquer n'a pas peur du ridicule


Il prend les jeunes pour des canards sauvages



Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, voudrait s'assurer une rentrée apaisée, après les mouvements de contestation de sa réforme du lycée, l'année dernière. Ne voulant renoncer ni à ses réformes ni aux coupes budgétaires, il brasse du vent et reçoit les syndicats.
La seule mesure concrète annoncée est l'élection, dans chaque classe de collège et de lycée, d'un éco-délégué... pour impulser la création de potagers, l'installation de perchoirs pour les petits oiseaux dans leur établissement ou penser à éteindre la lumière en sortant. Cela ne suffira ni à enrayer le réchauffement climatique, ni à améliorer le climat dans les établissements scolaires !

Hongkong et le G7 : business is business


Vous parlez « démocratie », nous c’est les affaires…



Faire des affaires à Hongkong

Les dirigeants des puissances occidentales, réunis pour le G7, se sont fendus d'une timide déclaration sur Hongkong, appelant les dirigeants chinois, qui de leur côté dénoncent cette ingérence, « à éviter les violences ». Par ailleurs le Medef, qui tient son université d'été, a invité l'ambassadeur de Chine pour parler affaires... en évitant soigneusement d'aborder la crise politique à Hongkong.
Les patrons français sont sur la même longueur d'onde que leurs homologues hongkongais. Jusque-là silencieux, les patrons des grandes sociétés qui commandent en fait à Hongkong, que l'on surnomme là-bas les tycoons (magnats, grands seigneurs), multiplient les menaces contre leurs employés qui participeraient aux grèves et aux manifestations. Les grands mots sur la « démocratie » ou « l'Etat de droit » ne doivent pas entraver trop longtemps les affaires !

Argenteuil, commerce : « trois années d’inaction »


A l’abandon

 
Photo de la page "commerce" de la brochure municipale de bilan

Dans l’album de l’« action » municipale 2016-2019 distribué à foison, on trouve de tout comme à la Samaritaine. On trouve de tout, sauf sur le « commerce ». Étonnant, non ?
         Rien n’a été fait sur le commerce ?
         C’est vrai rien n’a été fait.
         Et pourtant, celui-ci, en particulier le commerce de proximité, est au cœur non seulement de la dynamique d’une ville, mais du « lien social » comme dirait Georges Mothron.
         Le dégagement de l’adjoint en charge du sujet en cours de mandat a été bien à l’image du problème et de ce néant.

Pesticides, Santé publique : l’arrêté anti-pesticides suspendu par le tribunal administratif. Petite chronique de l’élection municipale de mars 2020


Des prérogatives essentielles qui échappent au pouvoir des maires



Le maire de Langouët en Bretagne avait pris un arrêté municipal interdisant l’utilisation des pesticides en deçà de 150 mètres d’habitations ou de locaux professionnels. Une mesure de bon sens mais qui a paru de trop au tribunal administratif. Cet arrêté vient d’être suspendu.
         Voilà une illustration des limites parmi d’autres des pouvoirs dévolus aux maires, des petites communes comme des grandes.
         Pourtant cet arrêté restrictif portait sur une question tout à fait locale et concernant uniquement le territoire communal.
         On demande aux maires de s’occuper et de financer bien des services qui relèvent pourtant a priori des compétences de l’État. Là, pas de problème, les communes sont alors surchargées de tâches administratives. Mais s’attaquer un tant soit peu aux intérêts du Capital, prendre des mesures par exemple pour protéger la santé publique, pour s’opposer aux licenciements, ou encore pour soutenir une grève, cela alors ne fait pas partie, pour l’État, des prérogatives des maires. Et s’ils transgressent cette loi et ces intérêts, il les mène devant les tribunaux.
         Cela vaut pour les petites communes comme pour les grandes. En 2019 comme en 2020. Et cela limite d’autant les rêves sur le soi-disant « pouvoir communal » !

jeudi 29 août 2019

Réforme des retraites : quels que soient les mécanismes, une arnaque


Une attaque à combattre




S'exprimant sur France 2, au moment où son gouvernement commence à discuter de la réforme des retraites avec les syndicats, Macron a déclaré « qu'il préférait un accord sur la durée plutôt que sur l'âge ». Autrement dit, il préfère garder une durée minimale de cotisation pour avoir droit à la retraite plutôt qu'instaurer un âge pivot, par exemple à 64 ans, en dessous duquel les salariés subiraient une décote, comme annoncé initialement.
Mais comme cette durée minimale de cotisation est prévue pour augmenter, de 42 ans à 43 ans, pour bénéficier d'une retraite à taux plein, les salariés devront travailler plus longtemps.
Quel que soit le dispositif retenu, une fraction importante de travailleurs n'auront le choix qu'entre partir avec une retraite amputée ou travailler plus longtemps. Cette nouvelle réforme des retraites est une attaque à combattre.

Police, limitation de la vitesse à 80 km/heure, grand patronat, une seule classe ouvrière… Nathalie ARTHAUD sur LCI hier…

Arrêts- maladie : une nouvelle attaque


Contre les travailleurs, leur imposer la double peine



Une étude constate que l'absentéisme au travail ne cesse d'augmenter pour atteindre 3,7 %. Du coup les représentants du patronat s'indignent, disant que ces arrêts ruinent la Sécu.
Cette étude signale qu'une cause des absences est d'abord la pénibilité du travail, en clair d'une exploitation aggravée. Autre cause, la nécessité de s'absenter pour s'occuper d'un enfant ou d'un parent malade ... problème que ne connaissent pas les plus riches qui peuvent payer quelqu'un pour le faire à leur place.
Après avoir accrus le contrôle des arrêts maladies, le gouvernement voudrait étendre le jour de carence, déjà appliqué dans le secteur public, au secteur privé, avec interdiction pour l'entreprise de le compenser. Pour les travailleurs, c'est la double peine : des conditions de travail de plus en plus dures et des sanctions au portefeuille.

Argenteuil, Éducation, rentrée scolaire, nouveau groupe scolaire Simone Veil, une fin de travaux difficile


En tout cas, sans travailleurs, il n’y a rien

On y est presque... grâce aux travailleurs !

Je me suis rendu ce matin à « Simone Veil », le nouveau groupe scolaire du quartier Henri Barbusse, au Val-Notre Dame, en tant que responsable du syndicat CGT-Éducation qui regroupent des enseignants du primaire et du secondaire. Les conditions dans lesquelles cette ouverture d’école se fait les concerne directement, tout autant que les parents d’élèves, et que tous les habitants d’Argenteuil pour qui elle est un évènement important.
         Nous espérons que ce groupe dont l’ouverture n’est prévue que partielle au 2 septembre sera prêt pour ce jour-là. Au jour d’aujourd’hui, ce n’est pas gagné.
         En tout cas, ce qui ressort de ma visite c’est l’activité déployée par tous les travailleurs pour que cette ouverture se passe dans les meilleures conditions. Travailleurs de toutes les professions, quelque que soient leurs métiers, leurs statuts, leurs originse, employés des entreprises extérieures comme employés municipaux, s’affairant malgré les conditions climatiques difficiles depuis des jours, ils auront permis de surmonter bien des difficultés et des obstacles. En tout cas, sans le monde du travail, il n’y aurait rien.
         Cette leçon locale vaut au niveau général. Et cette réalité est un des éléments de notre confiance dans ce monde du travail pour reconstruire le monde. DM

Argenteuil, librairies d'Ile de France, les difficultés des librairies indépendantes


Et pourtant, vivre, c’est lire !



Il faut avoir le moral quand on est une librairie indépendante et que l’on défend pied à pied la promotion du Livre.
         C’est un coup de poignard dans le dos qu’a opéré la Région Ile de France en donnant le choix aux lycées entre le manuel numérique ou le manuel papier, car quand le choix a porté sur ce dernier, les établissements sont obligés de passer par une centrale d’achat.
         Quant aux médiathèques, pour les approvisionner, les marchés publics ne favorisent absolument pas ces librairies indépendantes locales, quand il en existe encore, et cela toujours au bénéfice des groupements d’achat. C’est le cas à Argenteuil depuis plusieurs années.
         Donc, plus que jamais, achetons nos livres là où vous serez sûrs du conseil.
         A Argenteuil, bonne rentrée au Presse-papier, une des rares librairies indépendantes du Val d’Oise qui vient de fêter ses 40 ans d’existence.

mercredi 28 août 2019

Casino et compagnie : Tiroir-caisse des profits sans caissières


Vive les caissières ! Ah bas le boulot supplémentaire pour les clients !


Personne n'encaisse... cette affaire

Un hypermarché Casino à Angers a ouvert dimanche après-midi, pour la première fois, sans personnel, à part quelques vigiles.
Ces requins de la grande distribution veulent augmenter leurs profits en économisant sur l'embauche des caissières, en faisant faire leur travail par le client. Évidemment sans baisser les prix pour autant...
Ils appellent cela le progrès.

Consommation : cinq fruits et légumes… mais pas pour tous


Les fruits pourris du capitalisme



Les autorités nous conseillent de manger cinq fruits et légumes par jour pour notre santé. Mais ce n'est pas à la portée de tout le monde.
L'association de consommateurs Familles rurales estime qu'une famille sur trois seulement a les moyens de le faire. Elle chiffre la dépense supplémentaire pour une famille de quatre personnes entre 117 et 222 euros par mois, soit 10 à 18 % d'un smic.
Entre les discours du gouvernement et la réalité, il y a un vrai fossé !

G7 : Castaner la matraque


Et la police n’en a pas marre du rôle qu’on lui fait jouer ?



Pour le G7 de Biarritz, Castaner, le ministre de l'Intérieur, a déployé 13 000 policiers et gendarmes. Et ils ne sont pas restés l'arme au pied mais ont interpellé des manifestants et tout fait pour empêcher que les opposants au G7 puissent exprimer leur colère. La ville était bouclée pour la population et bien des gens s'en sont plaints.
Pour la police et la gendarmerie, il n'y a pas eu d'été. Castaner leur a fait jouer de la matraque, comme toute l'année contre les gilets jaunes. C'est la seule réponse du gouvernement pour tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui.

Madagascar : une augmentation de misère pour un SMIG de misère


Et en plus, les patrons pleurnichent

 
Usine textile à Madagascar (Photo L'Humanité)

Le président de Madagascar, Andry Rajoelina, avait annoncé le 1er mai dernier une « forte augmentation du SMIG de 19% ». Le SMIG passe donc de 42 euros à 50 euros par mois, soit 1,67 euros par jour alors que le seuil de pauvreté est à 1,85 euros par jour ! En outre, peu de travailleurs sont concernés, car 90% d'entre eux sont dans l'économie informelle où les salaires sont encore plus bas.
Le patronat prétend que la compétitivité des entreprises malgaches serait mise en danger par cette augmentation « brutale » d'un peu plus de 26 centimes par jour. Sans vergogne il a demandé en urgence des compensations : une augmentation du temps de travail, une exonération des heures supplémentaires et une baisse des impôts sur le bénéfice de 20 à 10%.
Ces demandes ont eu un écho favorable auprès du gouvernement du Premier Ministre Christian Ntsay, ancien expert auprès de la Banque mondiale, de l'Union européenne... et directeur de l'Organisation Internationale du Travail pour la zone de l'océan indien.
Pour sortir de la misère et imposer les augmentations de salaire à hauteur de leurs besoins, il faudra que les travailleurs se fassent craindre et imposent leurs revendications par la lutte collective.

Argenteuil Éducation, de très nombreuses nouvelles écoles nécessaires


L’art du pipeau municipal

 
Et les équipements publics ?

La municipalité se vante d’avoir dépensé 45 millions d’euros pour les écoles depuis 2016. Mais à ce jour, elle ne peut mettre à son actif uniquement la construction du nouveau groupe scolaire Simone Veil qui n’ouvrira que partiellement la semaine prochaine, et dans quelles conditions ! (Nous y reviendrons).  Elle annonce bien la mise en chantier d’un autre groupe dans le centre-ville, rue Henri Dunant, mais rien n’est véritablement engagé. Par ailleurs, il est étonnant qu’elle n’évoque plus celle de l’école prévue au cœur de l’ensemble immobilier projeté à l’emplacement de feu la dernière usine Sagem d’Argenteuil.
         Pourtant, la hausse démographique ne s’est pas arrêtée ni depuis 2014 ni depuis 2016. La Ville compterait aujourd’hui plus de 115 000 habitants, en tout cas plus de 110 000, dernier chiffre officiel datant de fin 2016. C’est par ailleurs une population qui rajeunit fortement.
         La construction et l’entretien des écoles pèsent certes sur les finances communales, mais les municipalités ont tout de même un levier permettant de limiter l’urbanisation, en particulier par la délivrance ou non des permis de construire.
         Sur ce plan-là, la municipalité actuelle comme la précédente a permis la réalisation de très nombreux programmes immobiliers, alors que la construction des écoles nécessaires n’a pas suivi.
         On pourra une nouvelle fois en mesurer les conséquences désastreuses dans certains quartiers, dès la semaine prochaine…