lundi 30 octobre 2017

Argenteuil "pétition Jean Vilar", un formidable encouragement


Des chiffres sans équivoque

A quelques-uns, nous avons été capables de faire signer plus de 5000 personnes s’affirmant favorables à la conservation de la salle Jean Vilar, à sa rénovation, et à ce que le maire d’Argenteuil renonce de vendre à un promoteur privé un terrain communal au cœur de la cité. A bien davantage, c’est 10 000, 15 000 signatures que nous aurions pu facilement obtenir.
         Notre activité déterminée a permis d’informer en direct une part, certes minoritaire, mais importante de la population pour qui ce que nous lui apprenions était une révélation surprenante et très désagréable. Nous avons pu mesurer l’attachement à cette salle des fêtes communale, l’écœurement de nombreux Argenteuillais à la découverte d’un tel forfait à l’encontre de l’histoire locale et d’un espace de ces berges que les initiateurs du projet -le maire et son prédécesseur-  prétendaient pourtant vouloir « reconquérir ». Nous avons rencontré des habitants conscients d’avoir été trahis, et cela quelles que soient leurs opinions sur d'autres sujets. Certains croyaient qu’il s’agissait de la rénovation ou de la reconstruction du complexe Jean Vilar. Ils apprenaient avec effarement que la construction d’une salle de spectacle de 3500 places était celle d’un équipement "privé" dont la Ville n’aurait plus en conséquence la maîtrise !
         Au-delà de ces réactions, nous avons rencontré ce défaitisme qui est dans l’air du temps mais qui peut vite disparaître. En revanche, nombreux ont été ceux qui nous ont exprimé leur satisfaction à nous voir nous battre de cette façon. Nous avons reçu beaucoup d’encouragements.
         Si 80% des personnes rencontrées n’étaient pas au courant, on peut estimer que les défenseurs de Jean Vilar représentent de 80 à 90% des habitants avec lesquels nous avons pu échanger. La municipalité devrait entendre ces chiffres. Elle peut encore arrêter d’elle-même le projet. Dans tous les cas, ils sont une incitation forte à poursuivre notre combat.
         Il s’agit maintenant de préparer le rendez-vous du jeudi 23 novembre prochain. DM

1 commentaires:

FrédéricLN a dit…

"ces berges que les initiateurs du projet -le maire et son prédécesseur- prétendaient pourtant vouloir « reconquérir »" : Oui, même des personnes qui ignoraient totalement le projet Fiminco, avaient entendu et compris ce qui est dans l'air du temps depuis si longtemps : la reconquête des berges pour les piétons, comme en fait dans toutes les villes grandes ou petites… sauf notre village d'irréductibles bétonneurs ?…

Publier un commentaire