mardi 4 juillet 2017

Argentuil : municipalité, ambiance, ambiance


Un article très intéressant du Parisien-95 sur l’ambiance au sein de la majorité municipale.  

Argenteuil : le maire (LR) recadre sa majorité en conseil, après le départ de l’opposition

 
Argenteuil, ce vendredi 30 juin 2017. Le conseil municipal a voté une baisse des indemnités pour les élus absentéistes. LP/Marjorie Lenhardt

Georges Mothron a fait voter une baisse de 25 % des indemnités en cas de deux absences consécutives en conseil.

Si le début du conseil municipal d’Argenteuil de vendredi dernier a été marqué par une forte tension entre majorité et opposition, la fin, elle, s’est soldé par un petit recadrage des élus de la majorité principalement. Recadrage effectué « en famille », puisque l’opposition avait quitté le conseil dès les premiers points de l’ordre du jour, évoquant un « déni de démocratie ».

Une modification du règlement intérieur du conseil municipal, sanctionnant les absences répétées des élus, a donc été votée en toute fin de séance. « On note un petit peu d’absence au fil de l’eau des mandats », constate le maire (LR), Georges Mothron, évoquant une « évaporation de la participation » des élus aux derniers conseils municipaux. Il a donc été voté à la majorité une baisse de 25 % des indemnités en cas de deux absences consécutives, et de 50 % si « cela se reproduit trop souvent ».

Lors du conseil municipal précédent, alors que le budget était voté, le conseiller municipal PS Philippe Doucet avait déjà fait remarquer que sans l’opposition il n’y aurait pas eu le quorum nécessaire pour que se tienne la séance. Georges Mothron et son équipe ont donc décidé de sévir, en douceur. L’adjoint au maire Philippe Métézeau cherchant à minimiser le problème, en insistant sur le fait que « cette dérive se retrouve dans d’autres collectivités ». Il prend en exemple le conseil départemental, où une mesure similaire a été proposée par le groupe de l’opposition.

« Certains élus ne font pas le travail pour lequel ils sont indemnisés »

A l’inverse, Georges Mothron a décidé de récompenser deux conseillers municipaux parce qu’ils « bossent beaucoup ». François Poletti et Pierre Abrinas ont donc été élus adjoints au maire. Ils remplacent ainsi les places vacantes de Lahacène Adalou, qui a démissionné il y a quelques semaines, et Samia Anzagh, qui avait été écartée suite à des propos tenus sur Facebook.

Cette délibération a donné lieu à un léger accrochage entre Georges Mothron et Lahacène Adalou. Ce dernier expliquant qu’il a démissionné pour retrouver une « liberté de parole ». Il a évoqué, notamment, une « dérive d’un pouvoir concentré ». La réponse du maire ne s’est pas fait attendre : « M. Adalou a démissionné car je l’ai mis face à ses responsabilités… Il a été démasqué sur une opération qui n’était pas tout à fait régulière. »

La modification du tableau des indemnités des élus a aussi fait réagir le conseiller municipal Franck Debeaud, qui s’est vu retirer sa délégation à la culture la semaine dernière. « Le travail sera récompensé, mais certains ne font pas le travail pour lequel ils sont indemnisés. Les choses pourront encore évoluer », explique le maire. Pour Philippe Doucet, tout cela montre une équipe en place « en plein délitement ».

                                                                Marjorie Lenhardt,  leparisien.fr

1 commentaires:

philippe metezeau a dit…

Certes la journaliste a écrit que je minimisais. Je me suis peut être mal exprimé mais je n'ai absolument pas cherché à minimiser le problème. Au contraire, j'ai dit que d'autres collectivités subissaient la même tendance et j'ai même ajouté qu'au Conseil départemental, c'était nos collègues de l'opposition qui avaient suggéré de baisser les indemnités de l'un d'entre eux...et que les en félicitais! Je n'ai pas demandé de droit de réponse à la journaliste par respect pour son travail. J'ai peut être eu tort ?

Enregistrer un commentaire