dimanche 27 novembre 2016

Mort d'Adama Traoré : une spirale d'évènements dont l'Etat est le seul responsable.



Acharnement

L’affaire d’Adama Traoré, mort à Persan en juillet dernier alors qu’il était dans les mains de la gendarmerie vient de connaître un nouveau rebondissement. Deux de ses frères viennent d’être incarcérés.
         Résumons :
         Un jeune homme de 24 ans à qui le police ne reproche rien meurt simplement parce qu’il ne veut pas être appréhendé par la gendarmerie.
         Les autorités administratives veulent immédiatement dégager la responsabilité des gendarmes, par des explications contradictoires qui ne convainquent personne.
         Conséquence, des incidents auront lieu à Beaumont-sur-Oise à toutes les étapes, dès le début de l’affaire.
         Une maire qui, loin de se retrouver aux côtés de la famille pour exprimer sa solidarité et exiger la vérité sur la mort d’Adama, finit par porter plainte pour des propos d’un membre de cette famille.
         Un conseil municipal qui doit se prononcer finalement sur cette plainte. Il ne pourra se tenir, tout comme le suivant.
         L’arrestation des deux frères suite au premier conseil annulé pour « outrages » et « violences », « afin d’éviter les pressions sur les témoins, notamment ceux qui n’ont pas encore été entendus » !
         Notre seule conclusion sous forme de question-réponse :
         « Par où le scandale a-t-il commencé » ?
         Par la mort d’Adama dans les mains de la gendarmerie. Le seul fait incontestable qui a entraîné par là-même toute cette spirale de péripéties.
         Que l’Etat le reconnaisse.

1 commentaires:

selvadoure Basile a dit…

Bonjour Dominique ,

merci beaucoup de cette synthèse .

Enregistrer un commentaire