lundi 27 juin 2016

Argenteuil : chronique d'avant conseil municipal


On discute certes, mais c’est comme l’iceberg, on ne voit que le haut

 
Nous reviendrons sur le conseil municipal de demain soir mardi, 19 heures.

         Ce genre de réunion devrait être l’occasion de mettre sur la table et de décider tel ou tel investissement, en particulier lorsqu’il engage de grosses sommes. On peut s’étonner ainsi qu’un projet important engageant plusieurs millions d’euros concernant le changement des ampoules actuelles de l’éclairage public contre des ampoules basse consommation dont la municipalité faisait dans la presse ses gorges chaudes ne soit ni discuté ni décidé dans ce genre d’assemblée. Est-ce une priorité ? N’y avait-il pas mieux à faire pour l’utilisation de ces millions ? On n’en saura rien puisque le sujet n’est pas à l’ordre du jour.

         Sur un plan identique, on espère que le maire d’Argenteuil donnera à l’occasion de ce conseil l’état d’avancement de son projet « Jean Vilar ». D’un côté, il nous dit que ce n’est encore que dans « sa tête » et de l’autre il indique que le projet avance. On espère mais nous n’y croyons guère. Nous comptons surtout sur la population pour aller chercher les informations sur un projet qui la concerne directement.
 

Une très lourde charge dans les budgets

 
Un point de l’ordre du jour concerne les « activités périscolaires et extrascolaires » et leurs tarifs au 1er septembre prochain. Ce ne sera pas facile de s’y retrouver, et il faudra voir quelle famille voit sa facture diminuer et laquelle la voit augmenter. Une chose est sûre gare à celles qui oublieront d’ « excuser » l’absence de leur enfant. Non seulement elles devront payer mais payer le prix fort, c’est-à-dire le tarif non subventionné par la commune. Si nous comprenons bien, le double voire bien davantage pour une prestation. Ce ne serait pas une amende déguisée cela par hasard ?

         Et pourquoi faudrait-il payer la cantine, l’étude, et le centre de loisirs ? L’école est obligatoire, la restauration qui lui est liée devrait l’être également, en premier lieu.

         Les parents paient de multiples impôts, la TVA en premier lieu, mais aussi les impôts sur le revenu, locaux, etc. Alors pourquoi les faire payer davantage ?

         Cela demande une autre organisation sociale ? Certes.

1 commentaires:

Thibaut Rivoalan a dit…

Super article ! :) La direction municipale force les familles à payer progressivement de plus en plus cher afin "d'augmenter le budget de la ville". On voit mal où part l'argent lorsque que tous les services publiques se dégradent.

Bonne journée à toi.

Enregistrer un commentaire