lundi 28 juillet 2014

Etats-Unis comme ailleurs : la barbarie de la peine de mort


 


Un condamné à mort dans l’État d’Arizona aux États-Unis a mis deux heures à succomber à l’injection du produit létal censé le tuer rapidement. Ce n’est pas la première fois qu’une exécution laisse un condamné à mort agoniser. En cause : les produits létaux utilisés.

Le gouverneur d’Arizona a osé affirmer qu’il était « mort d’une manière ne contrevenant pas à la loi américaine, sous les yeux de témoins et d’un personnel médical qui assurent qu’il n’a pas souffert ».

Aux États-Unis, présenté comme un modèle de civilisation, la barbarie est toujours présente. Y compris dans la loi.

 

0 commentaires:

Publier un commentaire