jeudi 12 septembre 2013

Santé : de moins en moins de médecins de ville pour répondre à des besoins croissants

Médecins de ville : une situation alarmante à Argenteuil comme ailleurs

Demain vendredi, la municipalité inaugurera un nouveau cabinet médical au Val à la réalisation duquel elle a contribué. Ce genre d'action vient s'ajouter à l'effort ancien qui a été fait sur la ville en matière de santé, à travers notamment des centres de santé municipaux. Ces efforts sont légitimes et nécessaires.
     La crise aggrave les maux des milieux populaires, y compris au niveau de leur santé. Les centres de santé comme les médecins libéraux, malgré tous leurs efforts, sont bien incapables de faire face à tous les besoins.
     Un nouveau cabinet vient de fermer dans le centre ville, aggravant les difficultés des généralistes qui demeurent.
      La situation est alarmante.

...et pourtant des besoins croissants pour soigner les classes populaires

Capitalisme = danger pour la vie des travailleurs

Selon une étude des médecins du travail portant sur 2010, 10% des salariés, soit près de 2,2 millions de personnes (dont les deux tiers d’ouvriers), ont été exposés à au moins un produit chimique cancérigène, à des intensités variables. Depuis, la situation n’a pas dû s’améliorer.

     Absence fréquente de système de protection collective ou individuelle, difficultés sans fin pour faire reconnaître comme maladie professionnelle les cancers qui se déclenchent des années après l’exposition, formation bâclée ou nulle : les capitalistes protègent beaucoup plus leurs profits que ceux qui travaillent pour eux.

0 commentaires:

Publier un commentaire