mercredi 27 février 2013

Ecole, « rythmes scolaires » : l'intérêt des enfants est celui des personnels, et vice-versa, des intérêts communs pour refuser une telle réforme


Certains amis du gouvernement voudraient faire flèche de tout bois pour appuyer la mise en place de ladite « réforme des rythmes scolaires ». On a lu ainsi dans un projet de déclaration d’une de ces organisations apparemment sœur du PS, et dont nous tairons le nom par décence : « L’argument avancé par certaines équipes enseignantes selon lequel les enfants risqueraient d’être mal pris en charge par les municipalités durant une pause méridienne allongée, n’est pas valable : cette question se pose déjà pour le mercredi et les vacances mais ne les préoccupaient pas beaucoup jusqu’à présent. (souligné par nous, D.M.)… l’intérêt et le confort des adultes doivent s’effacer devant le bien-être et le respect des rythmes des enfants. »
     Ces gens-là voudraient-ils allumer une guerre scolaire entre les parents d’élèves et les personnels, enseignants mais également personnels des communes, qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.
     Ce projet est une immense usine à gaz qui , au forceps, à la va-vite, et à la carte, met en difficulté les communes, sans améliorer la vie des élèves qui, grosso modo, resteront dans un carcan d’encadrement du matin au soir.
     Il n’y a pas d’intérêt des élèves d’un côté, et celui des adultes de l’autres. Celui des uns et celui des autres sont liés. Il en va de même pour le « confort » des uns et des autres qui mérite bien évidemment la mise en place de cette Ecole sur cinq jours, mais certainement pas dans ces conditions.

0 commentaires:

Publier un commentaire